•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une saison à oublier pour les Acadiens des Flyers de Philadelphie

Sean Couturier et Philippe Myers reviennent sur une année difficile pour l'équipe, mais ne cherchent aucune excuse pour expliquer les déboires des Flyers.

Quatre joueurs sont sur la glace, deux sont debout.

La dernière année n'a pas été de tout repos pour Sean Couturier (14) et Philippe Myers (5). Après une participation aux éliminatoires en août 2020, ils ont été exclus des séries cette année.

Photo : The Canadian Press / Frank Gunn

François Le Blanc

Les Flyers de Philadelphie ont défilé devant les médias, mardi, pour faire le bilan d'une saison remplie d'espoirs qui s'est transformée en cauchemar. Pour les deux Acadiens de l'équipe, l'heure est à la réflexion.

C'est fou comme les temps changent vite dans la Ligue nationale de hockey (LNH). En janvier, les Flyers étaient de sérieux prétendants à la coupe Stanley.

Mais la saison s'est conclue lundi sans même qu'ils se qualifient pour les séries éliminatoires.

C'est dur à dire ce qui s'est passé, répond tout d'abord Sean Couturier.

L'attaquant, qui a grandi à Bathurst, au Nouveau-Brunswick, explique une partie des insuccès sur le départ de certains joueurs, comme Matt Niskanen.

Vue de haut, la rondelle est dans le filet, le gardien s'est étiré et Couturier regarde le disque entrer dans le but.

Sean Couturier marque l'un de ses 18 buts cette saison, contre Scott Wedgewood, des Devils du New Jersey, le 10 mai dernier.

Photo : AP / Matt Slocum

On a pris un pas de l'arrière. Ces gars sont difficiles à remplacer. On ne remplace pas ça du jour au lendemain, déclare-t-il.

Philippe Myers, de son côté, semblait encore abattu de la fin de saison et des déboires des siens.

Deux joueurs collés l'un contre l'autre sur le bord d'une bande de hockey.

Philippe Myers met en échec Carl Hagelin, des Capitals de Washington.

Photo : AP / Alex Brandon

C'est décevant. C'était ça le but, de gagner la coupe, mentionne le défenseur originaire de Dieppe, au Nouveau-Brunswick. On a bien commencé, mais durant le mois de mars, ça n'allait plus bien pour tout le monde.

Les Flyers ont aussi composé avec une éclosion de COVID-19 au sein des troupes, en février. L'horaire a été compressé avec plusieurs matchs joués sur une courte période, sans entraînement.

Couturier ne cherche pas d'excuses.

Chaque équipe est passée par cet horaire, déclare-t-il. Ce fut un peu plus difficile, car la COVID nous a frappés. Mais nous avions besoin d'être meilleurs, et nous ne l'avons pas été assez.

Ennuyés par des blessures

Tant Couturier que Myers ont été incommodés par des blessures.

C'était écrasant. Au retour, je ne me sentais pas aussi bien qu'avant la blessure, raconte Couturier, au sujet de sa blessure aux cartilages des côtes.

Son coéquipier aussi a été ralenti : Myers a subi une fracture des côtes en début de saison puis une autre à l'épaule.

Il convient que cela a pu avoir une influence sur ses performances. Mais, il ajoute ceci :

Tout le monde est dans la même situation. Ce n'est pas une excuse.

Une citation de :Philippe Myers

L'entraînement, un défi

Lors du point de presse des Flyers, l'entraîneur-chef Alain Vigneault mentionnait que les joueurs du Canada ont eu des défis à s'entraîner durant l'entre-saison, contrairement aux Américains.

Homme avec un masque sur le menton, bâton de hockey à la main.

Alain Vigneault est l'entraîneur des Flyers.

Photo : AP / Yong Kim

Sean Couturier confirme que ce n'était pas évident.

Il y avait des limites, dit-il. J'ai loué la glace par moi-même, seul, de deux à trois fois par semaine. C'était dur de se motiver par moment. Mais je n'ai pas d'excuses, je me sentais en forme en arrivant au camp.

Joueurs debout sur la glace, regardant la rondelle, dans les airs, entrer dans le but.

Sean Couturier souhaite que les Flyers puissent s'améliorer dans l'entre-saison.

Photo : AP / Kathy Willens

Les joueurs retourneront à la maison bientôt. Pour Philippe Myers, la saison morte sera l'occasion de refaire ses forces et d'appuyer sur le bouton réinitialisation en prévision de l'année prochaine.

Autrement dit : ne pas s'apitoyer sur son sort, apprendre et revenir en force.

Joueurs de hockey, debout, sur la glace avant un match.

Les Flyers regorgent de jeunes talents, comme Travis Sanheim (6), Philippe Myers (5), et Joel Farabee (86). Les vétérans Sean Couturier (14) et James van Riemsdyk (25) tentent de les accompagner dans leur développement.

Photo : AP / Matt Slocum

Il faut relaxer à la maison, cet été. Quand c'est le temps de travailler fort au gymnase, on travaille fort. Puis, c'est d'arriver prêt l'an prochain pour le camp d'entraînement. Tu sais, être prêt mentalement, être prêt physiquement. C'est juste ça qu'il faut faire pour gagner la coupe.

Une citation de :-Philippe Myers

Je pense encore qu'on a une très bonne équipe avec de très bons joueurs pour bâtir une équipe gagnante, ajoute pour sa part Sean Couturier.

La saison 2021-2022 sera la dernière du contrat de Couturier. Il ne veut pas trop s'avancer sur les négociations à venir. On verra. J'aime ça ici, à Philadelphie, évidemment. C'est une grande ville et l'organisation a été extraordinaire pour moi depuis que je suis arrivé ici. Ça fait partie des affaires du hockey. Il me reste une année à jouer et on verra par la suite.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !