•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Discrimination chez les cols bleus : la Ville et le syndicat se disent prêts à agir

Des cols bleus sur le terrain.

Des pratiques discriminatoires sont notamment rapportées dans l'attribution des véhicules, des heures supplémentaires et des postes.

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Radio-Canada

La Ville de Montréal dit être au courant du problème révélé par un rapport sur la présence de pratiques discriminatoires et racistes envers des cols bleus issus de minorités ethniques dans l’arrondissement de Montréal-Nord. L'administration affirme qu’elle travaille avec les employés à le régler depuis un moment déjà.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a reconnu mercredi l'existence de racisme systémique au sein des organismes publics et a promis de passer à l'action pour faire face à une situation qu'elle qualifie de déplorable.

Mercredi matin, le quotidien La Presse rapportait que selon un rapport d’enquête commandé par la Ville, plusieurs cols bleus de Montréal-Nord sont la cible de discrimination dans les clos de voirie municipaux en raison de leur origine ethnique.

L'auteure du rapport, la professeure de relations industrielles Tania Saba, constate l’existence d’une connivence autant chez les représentants syndicaux que les gestionnaires – qui sont majoritairement blancs – pour favoriser certains employés au détriment d’autres de diverses origines ethniques.

Le document fait également état de propos, d’insultes et de manifestations directes de racisme sur les lieux de travail. On y constate aussi de la discrimination dans l’attribution de tâches, de véhicules sans climatisation et d'équipements.

Il existe du favoritisme dans l’octroi des heures supplémentaires et dans des pratiques de transfert de certains employés dans des sections sans mises à pied saisonnières, ajoute le rapport.

La professeure Saba constate aussi la présence de clans ethniques au sein des effectifs et même de places désignées dans une cafétéria pour les travailleurs noirs, et d’autres pour les blancs.

Un autre rapport commandé au professeur Angelo Soares, de l’UQAM (Nouvelle fenêtre), par le Syndicat des cols bleus regroupés de Montréal, énonce sensiblement les mêmes problèmes.

Autant les autorités municipales que le syndicat des cols bleus ont d'ailleurs reconnu et déploré l’existence de cette discrimination systémique. Tous ont par ailleurs convenu de travailler ensemble pour mettre fin à ces pratiques dommageables.

La Ville de Montréal a bien reçu ce rapport qui met en lumière la présence de discrimination systémique dans des pratiques de gestion de l'arrondissement de Montréal-Nord concernant les cols bleus, peut-on lire dans un communiqué publié mercredi par l'arrondissement.

Déjà au courant

Les autorités municipales assurent par ailleurs que l’arrondissement de Montréal-Nord n'a pas attendu les conclusions de ce rapport avant d'agir.

Il a travaillé, et il continue de travailler avec ses employé.e.s pour mettre en place des procédures qui garantissent qu'ils soient toutes et tous traité.e.s de façon équitable, affirme la Ville de Montréal.

Selon la Ville, cet examen externe objectif conduit par la professeure Saba avait été réclamé dès janvier 2020 par l’arrondissement de Montréal-Nord pour évaluer les pratiques de gestion en cause.

Depuis, la Ville affirme que plusieurs changements ont été apportés pour remédier à la situation, dont un examen et une révision des pratiques de dotation, l’ajout de formation en développement de compétences interculturelles pour les gestionnaires et la création de forums d’échange sur le climat de travail entre les employés et patrons.

Ligne de dénonciation

Après avoir pris connaissance de ces révélations troublantes, la mairesse suppléante de l’arrondissement de Montréal-Nord et membre d’Ensemble Montréal, Chantal Rossi, a déclaré que ce constat était aussi surprenant qu’inacceptable.

Nous ne tolérons pas que des pratiques discriminatoires aient lieu dans notre organisation, tandis que tous nos efforts sont mis pour l’atteinte d’un meilleur vivre-ensemble.

Une citation de :Chantal Rossi, mairesse suppléante de l’arrondissement de Montréal-Nord

Par conséquent, sa formation politique, qui occupe les bancs de l’opposition au conseil municipal, réclame qu’une ligne de dénonciation indépendante et confidentielle soit mise à la disposition du personnel à l’emploi de la Ville de Montréal pour rapporter ce genre de situation.

Aucun employé dans aucun arrondissement ne doit craindre d’être pénalisé parce qu’il a le courage de dénoncer, a ajouté Mme Rossi.

Dans les rangs du Syndicat des cols bleus regroupés de Montréal, on reconnaît l'existence du problème mis en lumière par la cinquantaine d'entrevues réalisées par le professeur Angelo Soares avec des travailleurs de Montréal-Nord.

Ce dernier met en lumière de nombreuses anomalies dans les façons de faire de l’arrondissement de Montréal-Nord. Il est clair que ses modes de gestion mènent à du racisme systémique et créent des injustices que de nombreux cols bleus doivent malheureusement subir tous les jours, écrit le syndicat dans un communiqué.

Il est impératif que l’arrondissement et la Ville de Montréal prennent leurs responsabilités et mettent en application et sans réserve les huit recommandations [contenues dans le rapport] qui les visent directement.

Une citation de :Luc Bisson, président du Syndicat des cols bleus regroupés de Montréal

Le syndicat affirme par ailleurs que certaines mauvaises pratiques constatées à Montréal-Nord se reproduisent également dans d'autres arrondissements.

De notre côté, nous prenons acte des constats du professeur Soares et mettrons rapidement en place les trois recommandations qu’il a faites au syndicat, a assuré Luc Bisson.

Ces recommandations portent notamment sur une meilleure formation des membres, la surveillance de l’application de la convention collective et l’information donnée aux syndiqués afin qu’ils puissent mieux connaître les mécanismes de défense de leurs droits.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !