•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville d'Ottawa espère la réouverture des écoles avant la fin mai

Gros plan sur une balançoire inutilisée.

Les écoles sont fermées depuis un mois en Ontario (archives).

Photo : CBC/John Robertson

Radio-Canada

Santé publique Ottawa (SPO) espère pouvoir rouvrir les écoles avant la fin du mois. La Dre Vera Etches et le maire suggèrent à la province d'avoir une approche régionale quant au retour en classe.

Le maire d'Ottawa, Jim Watson et la médecin chef en santé publique de SPO, la Dre Vera Etches ont indiqué qu’ils espéraient une réouverture des écoles d'ici la fin du mois de mai.

Un mois après l'annonce du gouvernement provincial, les écoles élémentaires et secondaires sont toujours fermées en Ontario. Le premier ministre Doug Ford avait annoncé, pendant la semaine de relâche, que les enfants ne retourneraient pas à l'école en présentiel.

Les établissements scolaires d'Ottawa ne font pas exception. Mais avec les chiffres qui vont dans la bonne direction, la Ville espère un changement incessamment.

La priorité, c’est de rouvrir les écoles pour que les enfants puissent avoir au moins un mois d’école, a fait valoir Jim Watson.

M. Watson a rappelé que la santé mentale des élèves devait être prise en compte dans ce dossier.

Le maire et la Dre Etches ont cependant mentionné qu'il faudra attendre que les données de la santé publique concernant le coronavirus soient suffisamment encourageantes. Si la propagation du virus continue à ralentir, ce retour à la normale devrait être possible, selon la Dre Etches.

En ce moment, le niveau est encore haut, plus haut que lorsque les écoles étaient ouvertes en février, mais la direction des chiffres est bonne, a laissé entendre la médecin chef de SPO.

C’est intéressant pour la province aussi d’avoir une approche où les enfants peuvent avoir le soutien des écoles.

Une citation de :Dre Vera Etches, médecin-hygiéniste en chef pour SPO

Ils souhaitent d’ailleurs que la province autorise une approche plus régionale quant à la réouverture des établissements scolaires.

M. Watson a indiqué qu’il ne voulait pas avoir à attendre que la situation se stabilise dans les régions plus problématiques, comme Toronto et Peel, avant d’obtenir la permission de rouvrir les écoles.

Le ministre Lecce reste évasif

Joint par ICI Ottawa-Gatineau, le ministre de l'Éducation, Stephen Lecce, est resté évasif quant à cette proposition.

Nous savons combien il est essentiel que les enfants aillent à l'école aussi bien pour leur santé mentale, que leur bien-être et leur développement. Nous continuons de faire de la lutte contre les taux élevés de transmission communautaire notre objectif, ce qui inclut l'ordre de rester à la maison, consacrer plus de vaccins dans les zones les plus à risque et la nécessité d'avoir des actions concrètes à nos frontières pour empêcher les variants de rentrer dans notre pays. Maintenant que tout le personnel en éducation est admissible pour se faire vacciner, nous allons nous assurer que tous les travailleurs de première ligne dans nos écoles et nos garderies puissent être vaccinés, a indiqué sa porte-parole du ministre, Caitlin Clark, dans une déclaration envoyée par courriel.

Stephen Lecce en conférence de presse.

Le ministre de l'Éducation de l'Ontario, Stephen Lecce (archives)

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Nous voulons tous que les enfants puissent retourner à l'apprentissage en classe et nous allons continuer à suivre les meilleures recommandations du Dr Williams [médecin hygiéniste en chef de l'Ontario] sur la voie à suivre, en mettant particulièrement l'accent sur la protection des familles et des communautés contre ces variants, poursuit-elle.

Toutes les conditions ne sont pas réunies, dit l'AEFO

Mais du côté de l'Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO), on juge la possibilité d'un retour en classe prématurée.

Si c’est possible, ce serait souhaitable. On sait que c’est mieux pour les élèves, pour les familles et pour nos membres qui n’ont pas nécessairement choisi cette profession-là pour être en ligne. Mais c’est un défi de taille parce que les mesures nécessaires pour assurer un retour en sécurité ne sont pas toutes là, indique la présidente du syndicat, Anne Vinet-Roy.

Elle énumère notamment les problèmes de ventilation dans les établissements, de taille des classes qui empêche la distanciation physique de deux mètres et de dépistage dans les écoles

Il y a très peu de choses qui ont changé depuis le moment où les écoles ont fermé, tant en janvier qu’après le congé d’avril, dit-elle.

Il y a encore de gros morceaux qui manquent pour s’assurer que le retour puisse se faire en toute sécurité.

Une citation de :Anne Vinet-Roy, présidente de l’AEFO

Mme Vinet-Roy se montre toutefois favorable à une approche régionale quant à la réouverture des écoles.

Si c’est possible de le faire en toute sécurité, peut-être par région, on ne s’opposerait pas à ça. [...] Mais nous, notre responsabilité, c’est que les enseignants, les élèves et leurs familles sont en sécurité. [...] Les informations nous montrent qu’il y a encore des lacunes.

La présidente de l'AEFO évoque également l’importance de voir la campagne de vaccination s’accélérer pour envisager une réouverture des écoles.

Rappelons que de l'autre côté de la rivière, les écoles primaires de l'Outaouais ont toutes pu accueillir de nouveau leurs élèves, lundi 10 mai. Lundi prochain, ce sera également le tour pour tous les élèves du secondaire, même si ce sera en alternance pour les plus vieux.

Avec les informations de Camille Boutin et de Benjamin Vachet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !