•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveau contrat pour la construction de tramways : « une bonne nouvelle pour Thunder Bay »

Un employé de l'usine de Bombardier à La Pocatière travaille sur un wagon de métro.

Le contrat avec la CTT donnera du travail à 400 personnes à Thunder Bay et pourraient aussi profiter à l'usine d'Alstom de La Pocatière, au Québec.

Photo : Radio-Canada / Luc Paradis

Le gouvernement ontarien investit 180 millions $ pour l'achat de 60 nouveaux tramways pour la Commission de transport de Toronto qui seront construits à Thunder Bay et qui seront livrés à partir du début de l’année 2023.

La facture est complétée par le gouvernement fédéral, qui investit la même somme que le provincial et par la Ville de Toronto qui ajoute 208 millions de dollars au projet.

Il s'agit donc d'un investissement total de 568 millions $ pour ce projet qui devrait sécuriser des centaines d’emplois à Thunder Bay.

Nous soutenons de bons emplois en Ontario, a affirmé la ministre des Transports de l’Ontario, Caroline Mulroney.

L’annonce permettra le maintien de la capacité de production à l’usine d’Alstom à Thunder Bay, a déclaré la ministre fédérale de l'Infrastructure et des Collectivités, Catherine McKenna.

Souheil Abihanna, directeur général d’Alstom Canada, a remercié les trois paliers de gouvernement pour leur travail visant à donner la priorité aux projets de transport en commun en Ontario.

M. Abihanna précise que la construction des tramways devrait commencer plus tard cette année.

On est en train de travailler un petit peu les derniers détails […], mais en gros les travaux vont reprendre pendant l’année [entre] la fin de l’été [et] le début de 2022.

Une citation de :Souheil Abihanna, directeur général d’Alstom Canada

Évidemment, il y a des travaux d'ingénierie et de la chaîne d'approvisionnement qui se font en amont, explique le directeur général d’Alstom Canada. On va viser 350-400 employés en permanence pour les deux à trois prochaines années.

Un tramway circule sur l'avenue Roncesvalles, à Toronto.

La livraison des nouveaux tramways doit commencer en 2023.

Photo : CBC/Michael Charles Cole

L’usine d'Alstom, qui appartenait auparavant à Bombardier est l'un des principaux employeurs du secteur privé à Thunder Bay.

Celle-ci comptait plus de 1100 travailleurs en 2019, avant le début des mises à pied causées par l'épuisement des contrats.

Le maire de Thunder Bay, Bill Mauro a tenu à remercier les gouvernements provinciaux et fédéraux .

Notre plaidoyer collectif et le soutien de nos principaux partenaires gouvernementaux permettront d’offrir des possibilités d’emploi futures à notre usine locale d’Alstom et constituent un pas en avant pour assurer sa viabilité à long terme.

Une citation de :Bill Mauro, maire de Thunder Bay

M. Mauro a aussi souligné le travail du syndicat Unifor, au niveau local et national.

Je n'aurais pas voulu voir l'usine fermer

Dominic Pasqualino, le président de la section locale 1075 d’Unifor, qui représente les employés d’Alstom à Thunder Bay, s’est réjoui de l’annonce, même s'il reste encore quelques incertitudes.

Sans cette annonce, on se retrouverait avec une usine vide au début de 2022. Il y a deux semaines, j'aurais dit qu'il y aurait 50 % de chances que l'usine ferme l'an prochain.

Une citation de :Dominic Pasqualino, président de la section locale1075 d’Unifor

M. Pasqualino travaille à l'usine depuis 1976, et son père y a également travaillé après avoir immigré au Canada.

Il raconte avoir mis beaucoup d'efforts pour sensibiliser les gouvernements. Je n'aurais pas voulu voir l'usine fermer pendant que je suis président du syndicat.

Un homme en veste noire et chemise rouge

Dominic Pasqualino travaille à l'usine d'Alstom, autrefois Bombardier, depuis environ 45 ans.

Photo : CBC/Nicole Ireland

Idéalement, nous voulons produire 100 voitures par an ou plus, ajoute-t-il.

L’usine termine en ce moment la construction de 36 wagons à deux niveaux pour Metrolinx. Les derniers véhicules prévus dans ce contrat seront livrés d’ici l’été.

Une cinquantaine de travailleurs seront mis à pied ce mois-ci, mais ils devraient être rappelés d'ici le mois d'août estime M. Pasqualino, à condition de recevoir rapidement les livraisons de pièces.

M. Pasqualino souligne que si les nouveaux contrats prennent trop de temps à arriver, l’usine risque de perdre une grande partie de son expertise, car les travailleurs se trouvent d’autres emplois.

Le directeur général d’Alstom Canada demeure prudent en ce qui a trait à la possibilité à court terme d’avoir suffisamment de contrats pour augmenter la production.

Nous sommes dans une industrie qui est tellement cyclique. C’est un défi continu de maximiser le nombre de travailleurs.

Une citation de :Souheil Abihanna, directeur général d’Alstom Canada

On est dans une situation affectée par la COVID-19, ajoute-t-il. Les fournisseurs en subissent les effets.

Metrolinx poursuit par ailleurs ses discussions avec Alstom dans le cadre de leur contrat existant pour la remise à neuf de wagons à deux niveaux supplémentaires pour le réseau des trains GO.

Un train de banlieue GO.

Les trains de banlieue Go sont construits à Thunder Bay depuis une quarantaine d'années.

Photo : Christian Noel

Selon M. Pasqualino, 212 wagons seraient remis à neuf.

Les employés de l’usine Alstom de Thunder Bay ont une connaissance directe de nos wagons à deux niveaux du réseau des trains GO et c’est une occasion unique d’utiliser cette expertise, affirme Phil Verster, président et chef de la direction de Metrolinx.

Greg Rickford, ministre ontarien du Développement du Nord et des Mines, a souligné que la ville d’Edmonton envisage la modernisation de sa flotte de véhicules de transport en commun.

Il croit que l’usine Alstom de Thunder Bay serait en mesure de répondre à la demande.

Avec les informations d'Ezra Belotte-Cousineau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !