•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les professionnels de la santé de la C.-B. présentent leurs excuses aux Autochtones

« Notre engagement est de devenir antiraciste et d'aider les professionnels de la santé que nous réglementons à faire de même. »

Une infirmière offre des soins à un patient lors de la pandémie de COVID-19.

Les collèges des médecins, des pharmaciens, des dentistes, des infirmières et des sages-femmes de la Colombie-Britannique présentent leurs excuses aux peuples autochtones, victimes de racisme.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Quatre des plus importants ordres professionnels de la santé de la Colombie-Britannique présentent leurs excuses aux peuples autochtones victimes de racisme.

Les collèges des médecins, des pharmaciens, des dentistes, des infirmières et des sages-femmes reconnaissent que les stéréotypes, la discrimination et le racisme envers les Autochtones alimentent le sentiment de peur à l’égard du système de santé.

Notre travail consiste à protéger les patients et le public en veillant à ce que les professionnels que nous réglementons fournissent des soins éthiques, sécuritaires et de qualité, notent-ils dans un communiqué.

Notre engagement est de devenir antiraciste et d'aider les professionnels de la santé que nous réglementons à faire de même, promettent les quatre ordres professionnels.

Une femme marche devant l'entrée des urgences d'un l'hôpital sous un parapluie.

Les collèges des médecins, des pharmaciens, des dentistes, des infirmières et des sages-femmes de la Colombie-Britannique présentent leurs excuses aux peuples autochtones, victimes de racisme.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Un fort engagement

Le fait que les collèges s’unissent pour présenter des excuses constitue « un engagement très fort envers les peuples autochtones, et ce sera bien accueilli par les Métis », selon Daniel Fontaine, chef de la nation métisse de la Colombie-Britannique. Ils établissent un standard plus élevé de responsabilité , affirme-t-il.

Les collèges jouent un rôle très important en veillant à ce que notre système de santé soit exempt de racisme et en s’assurant que les travailleurs métis ou autochtones se sentent les bienvenus et en sécurité dans ces milieux de travail , ajoute-t-il.

Prise de conscience

Les ordres professionnels s’engagent à suivre les recommandations du rapport In Plain Sight (Au vu et au su de tous), faisant état du racisme systémique qui sévit dans le système de santé de la province.

Plus du tiers des travailleurs de la santé non autochtones interrogés au cours de l'enquête ont été témoins de racisme ou de discrimination envers des patients autochtones.

Les conclusions du rapport illustrent comment notre système de santé continue de limiter l'accès aux traitements médicaux et a un effet négatif sur la santé et le bien-être des peuples autochtones , reconnaissent les collèges.

Une femme de la Première Nation Tsleil-Waututh quitte un centre de vaccination en Colombie-Britannique.

Une femme de la Première Nation Tsleil-Waututh quitte un centre de vaccination. Près de 84 % des Autochtones interrogés dans l'enquête In Plain Sight affirment avoir subi une forme de discrimination en recevant des soins de santé.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Des engagements concrets

Les collèges s'engagent notamment à éliminer les obstacles à la dénonciation, à favoriser la participation de membres des Premières Nations aux conseils et aux comités, ainsi qu'à élaborer des pratiques qui sont sensibles aux particularités culturelles.

Ce n'est que par une action concrète et cohérente pour défendre les droits autochtones et éliminer le racisme au sein du système de soins de santé que nous pourrons gagner la confiance des peuples autochtones, résument-ils.

Le ministre de la Santé, Adrian Dix, a présenté ses « excuses les plus sincères » aux personnes qui ont été victimes de racisme dans les services de santé, aujourd'hui et par le passé, en réaction au rapport, paru en novembre dernier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !