•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tramway entre Aylmer et Ottawa : un circuit 100 % sur rails est privilégié

Une prévisualisation du secteur du centre-ville de Hull avec le circuit du tramway.

L'option d'un tracé 100 % sur rails est l'option privilégiée dans le cadre du projet de tramway reliant l'ouest de la ville de Gatineau au centre-ville d'Ottawa. Sur le schéma, une prévisualisation proposée du secteur du centre-ville de Gatineau, secteur Hull, avec le circuit du tramway.

Photo : photo de courtoisie

Radio-Canada

Le tracé du projet de tramway qui prévoit relier l’ouest de la ville de Gatineau à Ottawa se dessine. L’option d’un réseau 100 % sur rails est le scénario qui est privilégié, selon les conclusions d’une analyse présentée par la Société de transport de l'Outaouais (STO) mercredi aux médias.

Selon l'étude commandée par les différents partenaires, la mise en place d’une boucle de tramway serait plus performante que les options hybrides analysées, qui incluent une portion du tracé par bus pour relier Aylmer à la capitale fédérale.

Par ailleurs, le tracé privilégié prévoit un départ boulevard des Allumettières, à l'intersection du chemin Eardley. En route vers Ottawa, le tramway devrait bifurquer sur le boulevard Wilfrid-Lavigne, puis sur la rue Principale du secteur d'Aylmer.

Une fois dans le secteur Hull, le tramway emprunterait le boulevard de Lucerne pour passer derrière l'Université du Québec en Outaouais (UQO) avant de rejoindre le boulevard Alexandre-Taché.

Une carte indiquant le tracé privilégié pour le projet de tramway reliant l'ouest de la ville de Gatineau au centre-ville d'Ottawa.

Le tracé privilégié dans le projet de boucle entre Aylmer et Ottawa prévoit un passage vers le centre-ville de Gatineau par le boulevard des Allumettières et le boulevard Wilfrid-Lavigne.

Photo : Radio-Canada

Fermeture à la circulation partielle ou complète?

Dans une précédente version de cet article, nous laissions entendre que les différents partenaires suggèrent une fermeture complète à la circulation routière dans le centre-ville de Gatineau. En fait, deux scénarios sont à l'étude.

Les différents partenaires étudient une fermeture partielle ou complète de la rue Laurier à la circulation routière dans le centre-ville de Gatineau.

Deux scénarios sont à l’étude, soit de couper la circulation sur la rue Laurier uniquement entre la rue Eddy et Laval, soit de fermer l'accès à la rue Laurier à la circulation entre les ponts du Portage et des Chaudières.

Des analyses détaillées plus poussées permettront de mettre en lumière ce qu’implique chacune des options, précise STO, par courriel.

L'élue municipale et présidente de la STO, Myriam Nadeau, a expliqué qu'une fermeture d'un tronçon de la rue Laurier aurait peu d'impact comme il n'y a pas beaucoup de circulation entre les deux ponts.

Oui, il y a un certain débit véhiculaire entre les deux [ponts], mais c'est vraiment minime par rapport aux accès ou aux destinations que les gens vont chercher.

Une citation de :Myriam Nadeau, présidente de la STO

Quant au passage du tramway sur la rue principale, Mme Nadeau a assuré que celui-ci ne circulerait pas directement sur la chaussée. C'est aussi une option qui a été reçue favorablement par les représentants commerciaux du secteur, a-t-elle ajouté.

La présidente de la Société de transport de l'Outaouais, Myriam Nadeau, répond aux questions d'une journaliste.

La présidente de la Société de transport de l'Outaouais, Myriam Nadeau (archives)

Photo : Radio-Canada

Du côté d’Ottawa, l’option du tracé qui prévoit un tunnel sous la rue Sparks est la plus performante, selon les auteurs de l'étude, mais l’option d’un passage en surface sur la rue Wellington demeure une option valable, selon les experts.

Les coûts des travaux sont estimés, à cette étape du projet, entre 3 et 4 milliards de dollars.

Les travaux devraient se réaliser sur un horizon de 8 à 10 ans. Le réseau pourrait être opérationnel d’ici 2031.

Le maire de Gatineau optimiste

Pour le maire de Gatineau, il n’y a pas de temps à perdre.

Pour moi, il y a urgence d’agir, à la fois pour que ça soit à un coût le plus abordable possible, mais aussi parce qu'au niveau de la circulation, ça va mal. La capacité du réseau était atteinte en 2014 à l’ouest [de Gatineau]. Ça fait sept ans qu’on est dans une situation difficile et ce projet-là va arriver dans 10 ans. Pour moi, il faut travailler vite, il faut le faire, a indiqué le maire Maxime Pedneaud-Jobin, en conférence de presse, mercredi.

Le gouvernement provincial a déjà confirmé sa participation à hauteur de 60 % au financement du projet que Maxime Pedneaud-Jobin annonce comme le plus complexe au Canada.

Le gouvernement fédéral a, pour l’instant, donné son accord de principe et participé à la création d’un bureau de projet.

Mais le maire de Gatineau se veut optimiste et pense que le gouvernement du Canada accordera le financement nécessaire.

L’appui potentiel est très très fort. Parce qu'on correspond à tous les principes qui sont défendus par le gouvernement [fédéral] de relance verte, de lutte contre les gaz à effet de serre, de lutte contre les changements climatiques [...]. Mais le fédéral a aussi confirmé dans le budget, ce qu’il avait annoncé politiquement en février, les 15 milliards de dollars de fonds permanents pour le transport en commun et c’est là-dedans qu’on va prendre l’argent. L'ensemble des acteurs fédéraux ont été clairs [...] j’ai confiance que ça va cheminer positivement, a indiqué M. Pedneaud-Jobin.

Maxime Pedneaud-Jobin prend part à une discussion.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin (archives)

Photo : Radio-Canada

Le maire de Gatineau dit souhaiter des confirmations en ce sens avant l’été.

Pour moi, c’est important qu’on règle ça avant la période électorale fédérale pour qu’on puisse aller de l’avant, mais je n’ai jamais eu autant confiance, a-t-il dit.

La conseillère municipale du district d'Aylmer, Audrey Bureau espère que le gouvernement fédéral confirmera son engagement définitif pour ce projet.

L'élue croit également que ce projet de tramway a un pouvoir d'attractivité pour le réseau de transport en commun de la Ville.

Les gens qui n'étaient pas intéressés à prendre l'autobus pourraient être plus intéressés à prendre un tramway, notamment à cause de la fréquence et de la fiabilité, a-t-elle fait valoir en entrevue.

Cette dernière se réjouit également du pas franchi en matière de mobilité, mais aussi de changements climatiques. Les autobus, on a vu que ce n'est plus la solution, a expliqué Mme Bureau en faisant référence à la congestion routière.

Avec les informations de Nathalie Tremblay et Samuel Blais-Gauthier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !