•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Horaires de faction des paramédics : Malartic met en demeure le gouvernement

Une ambulance porte le logo «Ambulances Abitémis, division de Dessercom».

Une ambulance d'Ambulances Abitémis (archives)

Photo : Radio-Canada / Emily Blais

La Ville de Malartic enverra une mise en demeure au gouvernement du Québec demandant l’abolition immédiate des horaires de faction pour les paramédics sur son territoire.

La Ville demande depuis plusieurs années la mise en place d’horaires à temps plein, afin de réduire les délais d’intervention des paramédics.

Cette revendication avait reçu l’appui du CISSS-AT, l’automne dernier, mais le ministère de la Santé n’a pas retenu la recommandation présentée par la région, au grand dam du maire Martin Ferron .

Le CISSS-AT a fait le travail d’évaluation et on rentrait dans les paramètres pour avoir des ambulanciers permanents, compte tenu du volume d’appels, souligne le maire. Le ministère n’a pas l’air de vouloir écouter et croire nos chiffres. La situation est décriée par tout le monde dans la région. On ne peut plus se permettre de perdre des vies pour des technicalités administratives. On n’est pas des citoyens de second ordre et on mérite un service égal aux autres et de qualité.

Pour la Ville de Malartic, l’heure est maintenant venue d’envisager des recours devant les tribunaux pour faire bouger les choses.

J’avais dit que l’on prendrait des actions et je ne parle jamais à travers mon chapeau, ajoute Martin Ferron. On va travailler à protéger nos citoyens, faire valoir nos droits et s’assurer que le ministère respecte ses propres règles qu’il a dans son système. On semble encore sur une liste d’attente. Est-ce qu’on attend un autre décès? On commence par une mise en demeure et s’il faut déposer une poursuite, ça sera ça. Ils répondront devant les tribunaux de leur gestion qui met en danger la vie des citoyens.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !