•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un autocollant sur les réseaux sociaux pour encourager les gens à se faire vacciner

Une infirmière en compagnie de ses parents dans un centre de vaccination.

Des personnes vaccinées contre la COVID-19 montrent des autocollants verts. (archives)

Photo : Soumise par Lynette Brown

Radio-Canada

Le phénomène des autocollants verts, affichés par les utilisateurs de réseaux sociaux pour encourager les gens à se faire vacciner prend de l'ampleur en Saskatchewan.,

Instagram et Facebook voient fleurir les images de personnes vaccinées affichant fièrement leur autocollant vert où l’on peut lire I Got my COVID-19 vaccine! (J'ai eu mon vaccin!)

Autocollant sur un t-shirt affirmant que la personne a été vaccinée contre la COVID-19.

De nombreux Saskatchewanais affichent leur autocollant vert après s'être fait vacciner.

Photo : Radio-Canada / Capture d'écran / Twitter

Cette nouvelle forme de communication est encouragée par certains experts, qui la jugent positive.

Chargée de cours en marketing à l'Edwards School of Business de l'Université de la Saskatchewan, Jane Caulfield qualifie les autocollants de brillants.

C'est un design très simple, c'est une image très simple et elle se traduit très bien en selfie, déclare-t-elle.

Nous avons parlé de l'immunité collective, mais il y a aussi la mentalité de troupeau qui fait que, une fois que nous voyons nos amis le faire ou faire les choses cool, nous voulons le faire aussi. Et c'est considéré comme notre groupe de référence pour beaucoup de choses que nous faisons en tant que consommateurs.

D'autres provinces pourraient également l'adopter.

Une citation de :Jane Caulfield, chargée de cours en marketing à l'Edwards School of Business de l'Université de la Saskatchewan

Mme Caulfield explique que la campagne est efficace du point de vue de la communication en matière de santé en raison de sa simplicité. Elle montre, dit-elle, les personnes en qui ils ont confiance dans leur entourage se font vacciner, ce qui rend le vaccin plus facile à accepter.

Tout ce qui contribue à normaliser le processus est précieux, en particulier face à la désinformation sur les vaccins , dit pour sa part Timothy Caulfield, professeur de droit à l'Université de l'Alberta et titulaire de la chaire de recherche du Canada en droit et politique de la santé.

J'aime ce genre d'initiatives, dit-il. Elles célèbrent la science et en font une sorte d'événement joyeux.

L'hésitation à l'égard des vaccins va devenir un véritable problème.

Une citation de :Timothy Caulfield, professeur de droit à l'Université de l'Alberta et titulaire de la chaire de recherche du Canada en droit et politique de la santé

Au fur et à mesure qu'un nombre croissant de personnes enthousiastes à l'égard des vaccins seront immunisées, nous commencerons à nous heurter à l'obstacle de l'hésitation, anticipe-t-il.

Tout petit coup de pouce, toute petite stratégie, qui pourrait nous pousser dans la bonne direction est une bonne chose.

Timothey Caufield ajoute que cette stratégie pourrait aussi offrir un aperçu de l'espoir à venir.

Elle pourrait rappeler aux gens qu'il existe un moyen de sortir de la pandémie et que nous pouvons travailler ensemble pour y parvenir.

Avec les informations d'Emily Pasiuk

Découvrez-vous comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !