•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La vérificatrice générale déplore un manque de suivi des programmes sur la COVID

Bonnie Lysyk est en conférence de presse au studio des médias de Queen's Park.

La vérificatrice générale de l'Ontario, Bonnie Lysyk.

Photo : Radio-Canada / Matéo Garcia-Tremblay

Radio-Canada

Il y a eu des retards dans le versement de la « prime COVID-19 » aux travailleurs de première ligne l’an dernier et le gouvernement provincial n’a pas toujours assuré un suivi rigoureux de ses initiatives liées à la pandémie, estime la vérificatrice générale de l’Ontario.

C’est ce qui ressort d’un rapport spécial sur la gestion des dépenses en matière de santé liées à la COVID-19, rendu public mercredi.

La vérificatrice générale, Bonnie Lysyk, observe que le financement d’initiatives provinciales liées à la pandémie a tardé à parvenir aux personnes et organismes concernés à plusieurs reprises.

Par exemple, elle note que de nombreux travailleurs essentiels, comme les travailleurs des foyers de soins de longue durée et maisons de retraite, n’ont reçu la prime salariale liée à la pandémie que deux mois ou plus après l’annonce du programme en avril 2020.

Elle ajoute que les ministères n’ont pas fait de suivi auprès des employeurs pour s’assurer que les fonds étaient bien versés aux travailleurs admissibles ni à quel moment.

Plusieurs initiatives examinées

Le bureau de la vérificatrice générale a analysé la gestion de 26 initiatives en santé de lutte contre la COVID-19.

Sur un montant de 4,4 milliards de dollars autorisé relativement à ces 26 initiatives entre mars et juin 2020, environ 30 %, soit 1,3 milliard de dollars, avaient été dépensés en date du 30 juin 2020, selon Bonnie Lysyk.

En date du 31 décembre 2020, on avait autorisé un montant de 6,8 milliards de dollars relativement à ces initiatives, duquel on avait dépensé près de 4,4 milliards (64 %).

La vérificatrice générale reconnaît que la plupart des dépenses en santé pour combattre la COVID-19 ont été autorisées en bonne et due forme par le Conseil du Trésor. Toutefois, ni le ministère de la Santé ni le ministère des Soins de longue durée n’ont rendu systématiquement compte de leurs dépenses réelles au Conseil du Trésor, comme on l’avait demandé, écrit-elle.

Des 26 initiatives évaluées, 17 n’étaient pas assorties de processus rigoureux pour garantir et documenter l’utilisation appropriée des fonds et/ou leur répartition en temps voulu, note la vérificatrice générale.

Une série de rapports

Ce rapport d’environ 120 pages constitue le chapitre 4 du Rapport spécial sur la préparation et la gestion en lien avec la COVID-19 de la vérificatrice générale, dont les 3 premiers chapitres ont été publiés en novembre 2020. La vérificatrice affirmait alors que le gouvernement Ford gérait la pandémie de façon désorganisée et n’avait pas retenu les leçons de la crise du SRAS.

Le chapitre 5, publié le mois dernier, portait plus précisément sur les foyers de soins de longue durée. Dans ce document cinglant, la vérificatrice générale avait déterminé que les foyers et le ministère des Soins de longue durée n'étaient pas préparés ni outillés pour faire face à la pandémie.

Elle y dénonçait des problèmes systémiques qui n’ont pas été réglés, comme le surpeuplement des foyers, la pénurie de personnel, le manque de formation et d’inspections dans les foyers.

Le bureau de la vérificatrice générale compte également dévoiler un rapport sur l’équipement de protection individuelle plus tard cette année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !