•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pétrolière CNRL fait face à la plus importante éclosion de COVID-19 en Alberta

Une plateforme industrielle installée dans une mine de sables bitumineux.

Les cas de COVID-19 sont nombreux dans les sables bitumineux de l'Alberta.

Photo : CNRL

L’installation d'exploitation des sables bitumineux Horizon est en proie à la plus importante éclosion de COVID-19 en Alberta. La pétrolière Canadian Natural Resources (CNRL), à qui elle appartient, y dénombre 447 cas actifs.

Depuis octobre, CNRL a annoncé 1361 cas d'infection au virus et 2 décès liés à la maladie dans cette installation.

Il s’agit de la plus importante éclosion actuelle en termes de cas actifs et de cas totaux, affirme le porte-parole du ministère provincial de la Santé, Tom McMillan.

Propagation rapide

Le virus s’est propagé rapidement au cours des derniers jours. Le 27 avril, le site Horizon comptait 632 cas de COVID-19, dont 300 cas actifs.

Cette situation survient alors que des milliers d'employés viennent de l’extérieur de la province pour s’occuper de la maintenance printanière de certaines usines.

Selon le directeur général des Syndicats des métiers de la construction du Canada, Terry Parker, entre 5000 et 6000 travailleurs membres de l’organisation vont généralement travailler dans les sables bitumineux à cette période de l’année.

Il dit cependant qu’il a été difficile de recruter du personnel ce printemps.

Ils ont peur d'attraper la COVID-19 et de contaminer leur famille, dit-il.

Selon lui, certaines pétrolières ont plusieurs centaines d'employés en isolement dans leurs camps de travailleurs.

La situation à laquelle nos membres font face est très inquiétante, dit-il.

En conférence de presse mardi, le premier ministre albertain, Jason Kenney, a d’ailleurs affirmé que certaines pétrolières ont décidé de repousser ces mesures d'entretien pour atténuer les risques de contamination.

Suncor m’a informé que l’entreprise a reporté ses activités prévues au mois de mars jusqu'au mois de juin, ajoute-t-il.

Conditions difficiles

La professeure et présidente du Département de sociologie de l’Université de l’Alberta, Sara Dorow, étudie les conditions de travail dans les sites d’exploitation des sables bitumineux depuis une quinzaine d’années.

D’après elle, les conditions de vie et de travail dans les sables bitumineux sont propices à la propagation du virus.

Dans les camps de travailleurs, les gens vivent très près les uns des autres. Ils mangent dans des salles communes, prennent l’autobus et l’avion ensemble pour se rendre au travail. Ils font l’aller-retour entre plusieurs endroits différents. Il y a donc de la transmission de la famille au camp de travailleurs et du camp à la famille, explique-t-elle.

Mme Dorow ajoute que beaucoup de travailleurs ressentent la pression de travailler même s’ils sont malades.

Les gens travaillent quand ils sont malades parce qu’ils font tout ce chemin pour travailler pendant une période intensive. [...] Dans certains cas, ils sont pénalisés lorsqu’ils disent qu’ils sont malades, dit-elle.

Mesures en place

Selon la médecin hygiéniste en chef, Deena Hinshaw, la situation s’explique également par la présence de variants préoccupants, dont certains sont plus contagieux.

Elle ajoute que Services de Santé Alberta (AHS) est en communication constante avec les pétrolières comme CNRL pour s’assurer que les mesures sanitaires pour freiner la propagation sont en place, telles que la vaccination des travailleurs sur le site et l’utilisation de tests de dépistage rapides.

Avec la vaccination, les tests rapides et les mesures pour contrôler l’éclosion, nous prévoyons que l’éclosion sera maîtrisée dans un avenir proche, a-t-elle déclaré mardi en conférence de presse.

La ville de Fort McMurray, située au sud de l'installation Horizon, compte actuellement 1475 cas actifs de COVID-19. À la fin du mois d'avril, la Municipalité régionale de Wood Buffalo, qui comprend Fort McMurray et l'installation Horizon, a déclaré l'état d'urgence local en raison de l'augmentation des cas de COVID-19 sur son territoire.

Avec les informations de Kory Siegers et d’Allison Dempster

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !