•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'éclosion chez Viandes du Breton a fait 94 cas de COVID-19 au total

La mairesse de Rivière-du-Loup demande à la santé publique de répondre aux questions de la population sur cette éclosion.

L'usine des Viandes duBreton, à Rivière-du-Loup.

Selon les informations du syndicat, 94 cas de COVID-19 ont été recensés chez Viandes du Breton, à Rivière-du-Loup, depuis le début de l'éclosion. (archives)

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Selon le syndicat qui représente les travailleurs de l'entreprise, 94 cas de COVID-19 ont été recensés chez Viandes du Breton, à Rivière-du-Loup, depuis le début de l'éclosion. De ce nombre, 80 cas seraient toujours considérés comme actifs et 14 comme rétablis. Le syndicat indique que les activités seront ralenties à l'usine, jeudi.

Toujours selon le syndicat, plus d'une centaine d'employés sont également en isolement.

Environ 500 personnes travaillent à l'usine de Viandes du Breton, à Rivière-du-Loup.

Selon le syndicat, l'éclosion en cours a une incidence sur les familles de travailleurs où les membres sont souvent eux aussi infectés. Le syndicat a demandé, en début de semaine, la fermeture de l'usine pour cette raison.

La santé publique dit communiquer les chiffres concernant l'éclosion à la direction de l'entreprise et au syndicat.

L'entreprise dit qu'elle ne dévoile pas les données entourant cette éclosion puisque la situation évolue constamment.

Des employés apeurés

Le président du syndicat CSN des travailleurs et travailleuses chez Viandes du Breton, Yannick Morin, explique qu'un climat de peur règne dans l'usine.

[Les employés] sont découragés. Le monde [a] peur. C'est normal d'avoir peur quand tout le monde l'a. Tu te dis "c'est moi le prochain, c'est sûr."

Une citation de :Yannick Morin, président du syndicat CSN des travailleurs et travailleuses chez Viandes du Breton

Hier encore, trois personnes se sont fait contacter sur place par la santé publique pour leur dire de sortir de là parce qu'ils étaient positifs, poursuit-il.

Yannick Morin ajoute qu'une rencontre s'est tenue mardi soir entre le syndicat, la direction de Viandes du Breton, la CNESST et la santé publique.

Selon le représentant syndical, la réponse à la demande des employés de fermer l'usine a été unanime de la part de tous les autres interlocuteurs présents lors de cette rencontre : ces derniers refusent de fermer les installations.

Des employés et le syndicat ont affirmé en fin d'après-midi que les activités seraient réduites jeudi. Seulement une quarantaine d'employés, au maximum, devraient entrer au travail, et seulement pour l'abattage, d'après les affirmations du syndicat. Il n'y aurait pas de transformation. En début de soirée, la direction de Viandes du Breton ne nous avait pas donné davantage d'indications ou confirmé ce plan de travail pour la journée de jeudi.

Par courriel, la CNESST indique qu'elle a procédé à une inspection de l'usine mercredi pour vérifier les mesures qui ont été mises en place. Une rencontre avec les différentes parties doit se tenir dans les jours à venir au sujet de cette inspection.

Un rapport doit aussi être présenté à la santé publique, au syndicat et à la direction de l'entreprise.

La CNESST indique que c'est la première fois qu'elle visite le site depuis le début de l'éclosion pour laquelle elle a été mise au courant le 4 mai.

Une autre inspection avait eu lieu le 24 février, lors de la première éclosion qui a touché l'usine de Viandes du Breton.

L'extérieur de l'usine de Viandes du Breton.

Environ 500 personnes travaillent à l'usine de Viandes du Breton, à Rivière-du-Loup. (archives)

Photo : Radio-Canada

Dans une réponse transmise par écrit, Viandes du Breton mentionne qu'[elle comprend] l’inquiétude de [ses] employés et de la population et [qu'elle travaille] étroitement avec les responsables de la santé publique afin d’adapter l’ensemble des mesures en place.

L'entreprise indique aussi que le dépistage obligatoire et le processus de vaccination se poursuivent pour tous les employés et nous ajustons nos opérations en fonction de la situation.

La mairesse Vignet interpelle la santé publique

La mairesse de Rivière-du-Loup, Sylvie Vignet, demande à la santé publique de répondre aux interrogations de la population sur l'éclosion en cours chez Viandes du Breton.

Il faut que la santé publique vienne rassurer notre population. Il faut que la santé publique vienne expliquer à notre population qu'est-ce qu'on fait dans ce cas-là. On répond quoi, nous, à nos commerçants, à nos citoyens qui ont suivi depuis un an et demi ces consignes-là et qu'ils sentent qu'il ne se passe rien, soutient-elle.

On a besoin d'information. On a besoin de comprendre. On a besoin de savoir c'est quoi les actions qui s'en viennent pour arrêter cette propagation-là dans notre milieu.

Une citation de :Sylvie Vignet, mairesse de Rivière-du-Loup

Selon elle, il faut que la santé publique réagisse et informe la population pour que cette dernière continue à adhérer aux mesures sanitaires.

Le ministre du Travail inquiet

Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, a indiqué mercredi matin que cette éclosion chez Viandes du Breton le préoccupe énormément.

Il y a eu des lacunes qui ont été observées. Il faut éviter que ça se reproduise surtout au stade de l'évolution épidémiologique dans cette entreprise-là.

Une citation de :Jean Boulet, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale

Le ministre souhaite que l'éclosion soit contrôlée le plus rapidement possible et que des mesures soient mises en place pour éviter que ça se reproduise parce que c'est la deuxième éclosion.

Jean Boulet assis à la table de presse parle dans un micro.

Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, se dit préoccupé par l'éclosion en cours chez Viandes du Breton. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Mardi, dans un communiqué, la santé publique du Bas-Saint-Laurent affirmait être préoccupée par cette éclosion.

La santé publique a tenu à préciser qu'elle collabore avec la direction de Viandes du Breton, la CNESST et le syndicat qui représente les employés de l'entreprise.

Mercredi, la région enregistrait 55 nouveaux cas de COVID-19, dont 30 dans la MRC de Rivière-du-Loup.

Une rencontre entre la santé publique, la direction de Viandes du Breton, la CNESST et le syndicat a eu lieu mardi soir.

La porte-parole de Viandes du Breton, Julie Lamontagne, a indiqué mercredi que l'entreprise n'accorderait pas d'entrevue.

Avec les informations de Patrick Bergeron et d'Isabelle Damphousse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !