•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les républicains démettent Liz Cheney de ses fonctions de leader

La femme marche avec un masque, encadrée de deux autres personnes.

Liz Cheney arrive au Capitole avant le vote qui l'a destituée de ses fonctions de numéro 3 du Parti républicain à la Chambre des représentants.

Photo : Reuters / Evelyn Hockstein

Radio-Canada

La républicaine Liz Cheney vient d'être démise de son poste de numéro 3 du parti à la Chambre des représentants des États-Unis, après avoir critiqué Donald Trump et insisté sur le fait que la dernière élection présidentielle a été remportée de façon légitime par le démocrate Joe Biden.

Mme Cheney conserve cependant son poste d'élue républicaine du Wyoming jusqu'aux élections de mi-mandat de 2022.

Le vote n'a provoqué aucun débat dans la salle.

Après un discours de Liz Cheney, la représentante républicaine de la Caroline du Nord, Virginia Foxx, a lancé le bal en présentant une motion demandant aux membres du parti de retirer Mme Cheney de ses fonctions.

Liz Cheney a demandé à ses collègues de laisser le chef de la minorité républicaine à la Chambre, Kevin McCarthy, décider s'il voulait un vote oral ou non. M. McCarthy a choisi ce type de vote.

Pour s’opposer à cette décision et demander un vote par scrutin, cinq personnes auraient dû se lever, ce qui ne s'est pas produit.

Lors de son discours précédant le vote, Liz Cheney a de nouveau critiqué Donald Trump, récoltant des huées parmi l’assistance.

Nous ne pouvons pas laisser l'ancien président nous entraîner en arrière et nous rendre complices de ses efforts pour effilocher notre démocratie. Sur cette voie se trouve notre destruction, et potentiellement la destruction de notre pays.

Une citation de :L'élue républicaine Liz Cheney

Elle a cependant reçu une ovation debout à la fin de son allocution.

Quant à Kevin McCarthy, il aurait déclaré avant le vote qu'il était pour l'unité et la vérité.

Trump ne doit plus s'approcher de la Maison-Blanche, dit Cheney

Après le vote, dont elle disait déjà connaître l'issue, Mme Cheney a réaffirmé qu’elle était toujours persuadée que nous devons avancer sur la base de la vérité.

Nous ne pouvons pas à la fois embrasser le grand mensonge et embrasser la Constitution. Et pour aller de l'avant, la nation a besoin [de vérité]. La nation a besoin d'un Parti républicain fort. La nation a besoin d'un parti basé sur les principes fondamentaux du conservatisme, a-t-elle lancé.

Questionnée sur le fait que Donald Trump pourrait se retrouver de nouveau à la tête de la Maison-Blanche, Liz Cheney a répondu qu’elle ferait tout ce [qu'elle] peut pour s'assurer que l'ancien président ne s'approche plus jamais du bureau ovale.

Liz Cheney avait voté en janvier en faveur de la mise en accusation de Donald Trump dans le cadre de son procès en destitution.

Pour sa part, Donald Trump a réagi au résultat du vote en insultant Mme Cheney dans une déclaration écrite.

Liz Cheney est un être humain horrible et amer. Je l'ai regardée hier et j'ai réalisé à quel point elle est mauvaise pour le Parti républicain. Elle n'a aucune personnalité et n'a rien de bon à faire avec la politique ou notre pays.

Une citation de :L'ex-président américain Donald Trump

Remplacée par Elise Stefanik

Elise Stefanik devant des drapeaux américains.

La représentante Elise Stefanik parle depuis Washington, lors de la troisième nuit de la Convention nationale républicaine, le mercredi 26 août 2020.

Photo : Associated Press

Tout porte à croire que Liz Cheney sera remplacée par Elise Stefanik, une élue considérée jadis comme modérée, mais maintenant résolument pro-Trump.

Sa nomination ne fait cependant pas l’unanimité, certains élus républicains craignant que Mme Stefanik ne soutienne pas réellement les positions clés du parti. Cette dernière avait notamment voté contre la réforme fiscale de Trump en 2017.

Elise Stefanik a d’ailleurs fait beaucoup de lobbying téléphonique au cours des derniers jours, tentant de convaincre ses collègues de la soutenir et les assurant qu’elle n'avait pas l'intention de faire cavalier seul.

Avec les informations de CNN

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !