•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nombre d'Estriens sans médecin est à la hausse

Une médecin examine une patiente avec un stéthoscope.

Pendant la pandémie, plusieurs médecins ont été appelés en renfort dans les CHSLD.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le nombre de personnes en attente d'un médecin de famille a bondi au cours des dernières années en Estrie. Depuis 2019, la liste d’attente a augmenté de 79 %.

Plus de 61 200 personnes se trouvent actuellement à la recherche d’un médecin de famille dans la région.

Cette situation résulte des impacts de la pandémie, selon le président de l’Association des médecins omnipraticiens de l’Estrie (AMOE), le Dr Alain Demers.

Depuis un peu plus d’un an, la pandémie a forcé les médecins de famille à faire d’autres tâches. Il y a eu l’ouverture des sites non traditionnels, d’un centre de confinement, de cliniques d’évaluation et j’en passe. Il a fallu qu’on déplace des médecins de leur clinique pour offrir ces services.

Le Dr Demers tient également à nuancer ces statistiques, révélées par le Parti libéral du Québec. Selon lui, elles ne signifient pas nécessairement que les Estriens sans médecin de famille sont plus nombreux qu'auparavant.

Quand je vois 79 %, je trouve que c’est un très gros chiffre, parce que depuis janvier 2020, on a trouvé un médecin à quelque 2000 patients. En ce qui a trait au guichet, c'est vrai qu'il y a eu une augmentation considérable. Toutefois, on constate que plusieurs n'avaient pas de médecin et n'étaient simplement pas inscrits au guichet, affirme-t-il.

Il n’y a pas nécessairement plus de gens sans médecin, mais plutôt plus de gens qui sont maintenant inscrits au Guichet d'accès à un médecin de famille.

Une citation de :Dr Alain Demers, président de l’Association des médecins omnipraticiens de l’Estrie

Victimes de la loi

Pour le président de l'AMOE, une loi adoptée il y a quelques années, forçant les médecins à traiter leurs propres patients en priorité, peut aussi être à l'origine de cette augmentation.

Comme la loi pénalisait les médecins qui ne voyaient pas leurs patients en priorité, certains avaient fermé leur accès sans rendez-vous aux patients n’ayant aucun médecin. Or, dans la dernière année, on a rouvert les services sans rendez-vous, ce qui a permis à des patients sans médecin d’obtenir une consultation à l’intérieur de 36 heures, ajoute-t-il.

Le Dr Demers souligne enfin que la retraite des médecins les plus expérimentés complique la donne pour ceux qui n'ont aucun médecin.

Les médecins peuvent avertir leur département régional qu'ils vont prendre leur retraite d'ici un an ou deux. Dès lors, leurs patients peuvent se mettre sur la liste d'attente. Comme on savait que de nombreux médecins prendraient leur retraite dans la dernière année, ce n'est pas surprenant que la liste d'attente bouge moins.

On espère que la relève nous permettra d'inscrire plus de gens, je demeure optimiste.

Une citation de :Dr Alain Demers, président de l’Association des médecins omnipraticiens de l’Estrie

Selon les plus récentes données du Collège des médecins du Québec, près de 5300 médecins sont âgés entre 60 et 90 ans dans la province.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !