•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aucune campagne publicitaire d’envergure pour inciter à la vaccination au N.-B.

Une femme âgée tenant un téléphone intelligent devant elle.

Jusqu’à présent, le gouvernement Higgs a dépensé 50 000 $ en publicité COVID-19.

Photo : iStock / Viktoria Korobova

Radio-Canada

Alors que les doses du vaccin contre la COVID-19 commencent à arriver en grand nombre, le Nouveau-Brunswick n’a pas de campagne publicitaire d’envergure pour inciter la population à la vaccination.

J’ai vu beaucoup de campagnes d’information, mais très peu de campagnes de sensibilisation, ou je devrais dire pas du tout de campagne de sensibilisation, souligne la directrice générale de DPG Communication, Louise Robichaud.

Ailleurs en territoire francophone pourtant, tous les moyens sont bons pour clamer haut et fort que la vaccination rime avec un retour à la normalité.

Deux enfants sourient devant leurs parents.

Une publicité du ministère des Solidarités et de la Santé de la France pour inciter les citoyens à se faire vacciner contre la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

En France, les publicités vendent la réunification des familles et le retour des petits-enfants dans les bras de leurs grands-parents, grâce à l’immunisation.

Au Québec, on utilise aussi la publicité afin de déconstruire les mythes ; notamment avec une publicité du ministère de la Santé et des Services sociaux mettant en vedette le Pharmachien, Olivier Bernard.

De Véronique Cloutier à Jean-François Breau, plusieurs vedettes se sont retrouvées dans des publicités québécoises au cours des derniers mois.

Selon le chanteur et préposé de soins Serge Brideau, la voix des personnalités publiques porte plus que celle des politiciens. Peut-être que le message frappe plus, parce que ces gens-là sont admirés, avance-t-il.

Sensibiliser la population

Pour Louise Robichaud, utiliser la publicité pour sensibiliser et éduquer le public n’est pas une tactique nouvelle : On l’a vu avec les campagnes avec le tabagisme, l’alcool au volant, la ceinture de sécurité : les campagnes de sensibilisation ont un impact important, dit-elle.

Jusqu’à présent, le gouvernement Higgs a dépensé 50 000 $ en publicité COVID-19.

Deux personnes font à manger sur une terrasse à moins de deux mètres de distance.

Image issue d'une publicité québécoise qui a coûté 300 000 $ et a été diffusé dans les deux langues.

Photo : Gouvernement du Québec (capture d'écran)

Selon le porte-parole libéral en matière de santé, Jean-Claude D’amours, ce montant est loin d’être suffisant.

Les autres provinces utilisent les médias traditionnels : la télévision, la radio, les journaux, pour s’assurer d’informer la population, affirme-t-il. C’est certain que le gouvernement provincial [néo-brunswickois] n’en fait pas assez.

Avec une partie de la population toujours récalcitrante à se faire vacciner, une campagne de sensibilisation provinciale pourrait toutefois devenir incontournable pour convaincre ces derniers de prendre leurs doses de vaccins contre la COVID-19.

D’après le reportage de Jean-Philippe Hughes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !