•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fin du « monopole » pour les examens médicaux d’immigration à Québec

La Polyclinique de la Capitale, à Québec, vue de l'extérieur.

Cette clinique accueille le seul médecin autorisé jusqu'ici à faire des examens médicaux d'immigration à Québec (archives).

Photo : Radio-Canada / Bruno Giguere

Les immigrants et les avocats qui dénonçaient un « monopole » sur les examens médicaux d’immigration, à Québec, ont finalement eu gain de cause. Le gouvernement fédéral autorise un deuxième médecin à pratiquer ces examens dans la capitale.

Ce deuxième médecin devrait entrer en fonction vers la mi-mai, précise par courriel Alexander Cohen, attaché de presse du ministre fédéral de l’Immigration, Marco Mendicino.

L’examen médical d’immigration est une étape obligatoire pour les nouveaux arrivants qui souhaitent obtenir leur résidence permanente au Canada, afin de s’assurer qu’ils sont en bonne santé.

Or, même si tous les immigrants doivent se plier à cet examen, il existe d’importantes disparités dans les coûts. En mars dernier, Radio-Canada révélait qu’un seul médecin était autorisé à faire ce type d’examen à Québec : le Dr Jean Tremblay.

À sa clinique, le coût d’un examen médical d’immigration pour un adulte était de 451 $, incluant les honoraires du docteur et les analyses de laboratoire.

À Montréal, où 16 médecins sont autorisés à faire des examens médicaux d’immigration, la facture oscille plutôt entre 230 $ et 276 $ pour les mêmes services.

Me Maxime Lapointe, un avocat spécialisé en droit de l’immigration, affirme qu’environ la moitié de ses clients de Québec préféraient se rendre à Montréal pour subir leur examen à moindre coût.

L’arrivée d’un deuxième médecin désigné par Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) est donc une bonne nouvelle, selon Me Lapointe, qui n’hésitait pas à qualifier la situation de monopole à Québec.

Il va y avoir plus d'offres sur Québec et peut-être éventuellement une meilleure compétitivité au niveau des tarifications.

Une citation de :Me Maxime Lapointe, avocat spécialisé en droit de l'immigration
Me Maxime Lapointe, avocat spécialisé en droit de l'immigration.

Me Maxime Lapointe, avocat spécialisé en droit de l'immigration.

Photo : Radio-Canada / Alexandre DUVAL

Le volume d’examens

Lors de la diffusion du reportage initial, IRCC avait indiqué qu’il n’était pas nécessaire de recruter un médecin spécialiste supplémentaire dans la région de Québec, considérant le niveau de demande pour des examens médicaux d’immigration.

Aujourd’hui, pourtant, l’attaché de presse du ministre affirme que la décision d’autoriser un deuxième médecin a été prise en raison de l’augmentation du volume de ce type d’examen.

Face à ces réponses contradictoires, Radio-Canada a voulu obtenir le nombre d’examens réalisés dans la région de Québec ces dernières années. Au moment d’écrire ces lignes, le cabinet du ministre n’avait pas encore fourni les statistiques demandées.

À savoir si l’arrivée d’un deuxième médecin désigné diminuera le coût des examens médicaux d’immigration à Québec, l’attaché de presse du ministre dit simplement que cela offrira un plus grand choix aux nouveaux arrivants.

IRCC fait les vérifications appropriées pour s’assurer que les frais demandés par les médecins désignés respectent les recommandations des autorités locales.

Une citation de :Extrait d'un courriel d'Alexander Cohen, attaché de presse du ministre fédéral de l'Immigration

Me Maxime Lapointe est d’avis qu’IRCC a peut-être sous-estimé pendant longtemps le nombre de nouveaux arrivants qui s’installent à l’est de Montréal et qui doivent éventuellement subir un examen médical d’immigration.

Après la médiatisation de l’affaire, IRCC s'est peut-être prêté à un exercice qui aurait dû être fait il y a plusieurs années, résume l’avocat.

Aucun problème grave

Les immigrants qui s’étaient confiés à Radio-Canada en mars dernier avaient aussi rapporté que les honoraires du Dr Tremblay devaient être acquittés en argent comptant.

Ils avaient aussi souligné que sa prestation de services était très rapide et que certains éléments de l’examen, comme la mesure du poids ou de la taille, n’avaient pas été faits adéquatement.

Par courriel, le Dr Tremblay s’était défendu sur les deux points, disant qu’il accommode sa clientèle avec d’autres modes de paiement que l’argent comptant et que ses examens sont faits dans les règles de l’art.

Le cabinet du ministre de l’Immigration rappelle qu’à la suite de ces allégations, les pratiques du Dr Tremblay ont fait l’objet d’un examen détaillé, sans toutefois en révéler beaucoup plus.

Pour des raisons de confidentialité, les détails de ces activités ne peuvent être partagés, mais on peut confirmer qu’aucun problème grave n’a été identifié. Dr Tremblay a été rencontré avec les résultats de l’exercice de la qualité de l’acte.

Une citation de :Extrait d'un courriel d'Alexander Cohen, attaché de presse du ministre fédéral de l'Immigration

Le rendement des professionnels désignés est contrôlé de façon continue, ajoute Alexander Cohen, l’attaché de presse du ministre.

À ce jour, le Dr Tremblay n’a fait l’objet d’aucune décision disciplinaire de la part du Collège des médecins du Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !