•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« J’ai perdu le contrôle » : François Asselin s’est confié au policier

François Asselin, accusé du meurtre non prémédité de son père, à son arrivée au palais de justice de Trois-Rivières.

François Asselin, accusé du meurtre non prémédité de son père, à son arrivée au palais de justice de Trois-Rivières

Photo : Radio-Canada

En ce sixième jour de procès, le jury a poursuivi l’écoute de l’interrogatoire vidéo de François Asselin réalisé par un policier de la Sûreté du Québec (SQ). À la sixième heure de son interrogatoire vidéo, François Asselin craque et confesse le meurtre de son père, Gilles Giasson, à l'enquêteur Cédric Ménard.

D'abord réticent à parler de la mort de Gilles Giasson, tel que conseillé par son avocate, François Asselin sera de plus en plus loquace quand l'enquêteur lui parlera de ses enfants, mais surtout de l'image qu'ils conserveront de leur père.

Tu ne peux pas compter des menteries à tes enfants. Ce serait le pire piège que tu pourrais pas te faire à toi-même, parce que ça va te péter dans la face. Si papa leur compte des menteries encore, c'est assez pour briser à jamais le lien que tu as avec eux autres. Que veux-tu leur dire?

Que j'ai perdu le contrôle, répond Asselin.

Après cinq heures d'interrogatoires, l'enquêteur change de stratégie. Il lui explique comment se déroule une enquête pour meurtre et les éléments de preuves qu'ils détiennent contre lui.

Je ne suis pas convaincu à 80 %, je ne suis pas convaincu à 90 %, je suis convaincu à 100 %. Parce qu'il y a un paquet d'éléments qui te relient à cette scène-là. Ce n'est pas une mauvaise chose en soi parce que ça démontre que tu es un gars humain et que tu ne l'avais pas planifié. Tu as fait un paquet d'erreurs, tu as fait un paquet d'erreurs, lui dit le policier.

Asselin confesse son meurtre

La pression s'intensifie, Asselin fond en larme. Après 5 h 30 d'interrogatoire, il admet avoir tué son père.

Je l'haïs host... je l'aime et je l'haïs en même temps. Je le retuerais encore

Une citation de :François Asselin

Il confesse avoir consommé du pot et de l’ecstasy le soir du meurtre. [Mon père] a détruit ma vie, je vais passer ma vie en prison à cause de lui et il continue même après sa mort. Pourquoi il me fait ça? Moi, je l'aimais mon père. Il n’est vraiment pas correct, se plaint-il au policier.

François Asselin ajoute ensuite qu’il regrette d'avoir tué son père, avant de confirmer qu’il l’a bel et bien démembré avant de le placer dans quatre sacs poubelle.

Une vidéo pour ses enfants

Après sa confession, Asselin obtient l'autorisation d'enregistrer une vidéo à l'attention de ses enfants.

Je vous aime. Papa a été méchant, mais j'ai été méchant avec les personnes qui ont été méchantes avec les petits enfants. Je sais que ça ne pardonne pas quand même, c'est de la violence, mais papa n'avait pas le choix. Il fallait que je fasse quelque chose. J'espère que vous viendrez me voir et me pardonnerez.

Puis, une autre capsule cette fois pour sa famille.

J'espère que je vais avoir du support quand même malgré tout. J'espère que vous allez comprendre malgré les circonstances. Je vous aime et ne me jugez pas trop fort.

Cette vidéo complète la preuve de la Couronne dans ce dossier. La suite du procès traitera du meurtre de François Lefebvre, survenu à Sherbrooke.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !