•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des idées originales pour tenir des bals de finissants malgré les mesures sanitaires

Plusieurs personnes dansent sur un plancher lustré, avec des habits et des chaussures de cérémonie.

La tenue des bals de finissants est encore une fois compromise par la pandémie de COVID-19.

Photo : iStock

Radio-Canada

Des écoles secondaires du Saguenay jonglent avec les idées pour permettre la tenue de bals de finissants qui respectent les règles sanitaires, mais qui seraient plus appréciées par les élèves que les formules retenues en 2020.

L'an passé, les bals de finissants traditionnels étaient tombés à l'eau dans les écoles secondaires du Québec en raison de la pandémie de COVID-19. En 2020, les étudiants de cinquième secondaire de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay ont eu droit à un tapis rouge diffusé sur Internet. Mais cette année, il y plus d'espoir.

À l'école secondaire de l'Odyssée Dominique-Racine, la réservation est déjà faite pour le Jardin des vestiges à la Pulperie de Chicoutimi.

En fonction des règles sanitaires qui seront alors en vigueur, l'activité de fin d'année débuterait à 15 h pour se terminer en soirée. Deux groupes-classes à la fois seraient autorisés à être sur place pendant environ une heure, mais sans pouvoir se mêler entre eux. Il serait possible de prendre une consommation, de prendre des photos et de discuter. Par la suite, deux autres groupes auraient accès à la même salle.

Le compromis annoncé satisfait les élèves. C'est même un super compromis par rapport à l'année précédente avec la COVID. Quand on y pense, il y a des écoles où ça se passe directement dans le gymnase et là on a un super bel endroit, a indiqué Sarah-Kim Girard, la présidente de l'école.

Un élève avec un masque parle devant une école secondaire.

Pour l'élève Vincent Bérubé, la formule annoncée est intéressante.

Photo : Radio-Canada

Quand on se compare, on se console. Par rapport à l'année dernière, il y a une belle amélioration. On peut être avec nos amis durant le bal, comparé à l'année passée où vraiment c'était individuel, a ajouté Vincent Bérubé, un autre élève.

L'an passé, quand on a fait l'activité, ce que les gens ont trouvé le plus difficile c'est de ne pas avoir eu la chance de se revoir, de revoir leurs amis de la classe, a mentionné Raynald Gagné, le directeur adjoint à l'Odyssée Dominique-Racine.

Quatre scénarios au Séminaire de Chicoutimi

Au Séminaire de Chicoutimi, quatre scénarios sont envisagés. Il y a d'abord l'option peu probable d'un bal de finissant standard et à l'inverse, si les règles sanitaires sont resserrées, il y aurait un parcours dans l'école avec prise de photos comme l'an passé. Entre ces deux options, la direction de l'école privée envisage aussi un rassemblement à l'extérieur sur les terrains de l'école, ou encore chaque groupe dans un local séparé.

C'est rendu là. Les groupes-classes ne peuvent pas être mélangés. C'est peut-être de faire trois mini-bals, si on veut, avec peut-être des plages horaires de trois ou quatre heures durant la journée où on pourrait faire groupe par groupe pour que les jeunes puissent avoir leur arrivée, que les parents puissent assister peut-être à l'arrivée en voiture de leur jeune aussi, a détaillé Martin Renaud, responsable des loisirs au Séminaire de Chicoutimi.

Un homme avec un masque donne une entrevue.

Martin Remaud est le responsable des loisirs au Séminaire de Chicoutimi.

Photo : Radio-Canada

Du côté des élèves, toute option autre que celle retenue en 2020 les rendrait heureux et heureuses. Sincèrement, si on a quelque chose qui est autre que Zoom, moi sincèrement je vais vraiment être au septième ciel. Je veux juste avoir le moment qu'on mérite au final, a répondu l'une d'elles.

C'est important parce que l'année passée ils n'en ont pas eu. Pour moi, c'est important parce que c'est comme dire au revoir aux amis et à tout le monde, a ajouté une autre.

Rappelons que dans la région, la vaccination des jeunes du secondaire pourrait débuter dans deux semaines.

D'après un reportage de Louis Martineau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !