•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Côte-Nord en deuil d’un amoureux de la 138 et de son peuple

Gros plan de Serge Bouchard devant le micro, avec des écouteurs.

L’anthropologue Serge Bouchard est mort à 73 ans (archives).

Photo : Radio-Canada

Il avait la voix grave et la laine au visage. Serge Bouchard a raconté le monde des anciens, la voix des moteurs diesel et les vies de ceux qu’on avait oubliés. Si l’anthropologue chaleureux était connu de près par certains dans la région, d'autres l'ont rencontré au tournant d’une page ou en tournant le bouton de la radio. Dans tous les cas, le souvenir d’un conteur généreux reste enregistré dans le cœur des Nord-Côtiers.

La poète Maya Cousineau Mollen se souvient que ses parents racontaient que le jeune anthropologue était débarqué chez eux alors qu’il commençait les recherches de son mémoire de maîtrise au début des années 1970 sur les connaissances sur les animaux des Innus d’Ekuanitshit. J’ai toujours trouvé que c’est quelqu’un qui savait raccommoder les gens, lance-t-elle en évoquant les bons mots et la présence apaisante de l’homme aux 1000 histoires.

Maya Cousineau Mollen a d’ailleurs écrit un poème en guise d'hommage à Serge Bouchard mardi.

Assise Un jour lugubre Des nouvelles grises Le départ d’une voix de mémoire Qui s’est battu pour notre existence...

Publiée par Maya Cousineau Mollen sur Mardi 11 mai 2021

Elle se rappelle aussi de l’avoir recroisé plus vieille lors d’une conférence à laquelle elle assistait avec plusieurs autres jeunes autochtones.

Il nous aura donné la chance de connaître une histoire qu’on a tellement voulu effacer. Lui, il nous aidait à la ramener, chapitre par chapitre.

Une citation de :Maya Cousineau Mollen

Gloria Vollant a quant à elle rencontré le conteur prolifique principalement par ses écrits. Directrice du musée Shaputuan à Uashat, Mme Vollant se souvient de la passion de Serge Bouchard pour l’histoire des Premières Nations.

Gloria Vollant est directrice du Musée Shaputuan

Gloria Vollant est directrice du Musée Shaputuan (archives).

Photo : Radio-Canada / Émile Duchesne

Il agissait comme un ambassadeur du côté médiatique. Il était très bon pour communiquer aux gens qui sont ces Indiens, qui sont ces Sauvages. Et ces mots-là, on ne se sentait pas frustrés qu’ils les utilisent, car c’était dans le contexte de l’histoire à une certaine époque. Avec toute la connaissance qu’il avait de notre histoire et de notre peuple, c’était un bon personnage pour nous faire connaître, évoque Mme Vollant.

Quand on me disait : "je connais Serge Bouchard", mon réflexe c’était de me dire, ça veut dire que tu nous connais [les Innus].

Une citation de :Gloria Vollant, directrice du Musée Shaputuan

Le chef de la communauté d’Essipit, Martin Dufour, a aussi rencontré Serge Bouchard en lisant d’abord ses écrits. Il avait fait un texte dans Québec  Science sur la 138 qui était la route des Innus.

Trouvant un allié et un ami en tournant les pages de ses livres, le chef Dufour décide de soumettre un projet à l'anthropologue. Le début de cette amitié mènera au lancement du livre Le peuple rieur.

On a décidé de lui demander de rédiger un livre sur la nation en ayant un chapitre sur Essipit aussi pour raconter l’histoire de notre communauté. En agissant comme un vrai père Noël, M. Bouchard avait accepté l’invitation qu’on lui avait faite à ce moment-là. Au fil des années, on a développé un lien d’amitié et de confiance avec M. Bouchard, raconte le chef d’Essipit.

Martin Dufour porte une chemise à carreaux. Il sourit à la caméra.

Le chef d'Essipit, Martin Dufour (archives)

Photo : Radio-Canada

La députée bloquiste de Duplessis Marilène Gill pense que la Côte-Nord vient de perdre un des siens.

Je trouve que le respect et l’amour pour quelque chose de différent marquent son œuvre. C’est quand même quelqu’un qui est né à Montréal et il a écrit [sur la Côte-Nord] avec tout ce respect et cette admiration, affirme la députée Gill qui garde dans sa bibliothèque Elles ont fait l’Amérique et les Récits de Mathieu Mestokosho, chasseur Innu.

Alors que Serge Bouchard est allé rejoindre ses collègues des premières heures, Rémi Savard et Sylvie Vincent, les récits, chroniques et essais de cet anthropologue-animateur continueront de résonner le long de la route 138.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !