•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire Croteau ne se représentera pas cet automne dans Rosemont–La Petite-Patrie

Le maire Croteau en point de presse.

François W. Croteau quittera la politique cet automne.

Photo : Radio-Canada / Benoît Chapdelaine

Revirement de situation dans Rosemont–La Petite-Patrie : le maire d'arrondissement François William Croteau ne sera pas candidat aux élections du 7 novembre prochain, malgré ses déclarations contraires.

Le principal intéressé a annoncé la nouvelle sous un ciel maussade, mardi après-midi, au parc Luc-Durand, situé à l’arrière de la bibliothèque Marc-Favreau.

Visiblement ému, M. Croteau a déclaré qu'il entendait tourner la page après trois mandats et 12 ans de politique municipale.

Cette décision a été mûrement réfléchie; elle n'est pas liée à des raisons politiques externes ou internes, a-t-il assuré. Elle fait suite à une réflexion et à une démarche personnelle qui m'ont mené à ne pas solliciter un nouveau mandat.

Le maire Croteau affirmait pourtant depuis l'automne dernier qu'il entendait se représenter cet automne à la mairie d'arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie.

Croteau et Plante nient l'existence de « tensions » entre eux

Selon nos informations, les tensions étaient vives depuis des mois avec la mairesse Valérie Plante. Celle-ci était néanmoins présente mardi après-midi, et les deux politiciens n'ont eu que de bons mots l'un pour l'autre.

Je tiens à remercier la mairesse pour la confiance qu'elle m'a donnée en siégeant au comité exécutif, a déclaré M. Croteau. Ce fut un privilège d'être à tes côtés, a-t-il poursuivi en s'adressant directement à sa cheffe, soulignant qu'il entendait terminer son mandat actuel et demeurer membre de Projet Montréal.

Évidemment, j'aurais aimé que notre équipe puisse continuer de compter sur François Croteau, [...] mais je comprends parfaitement sa décision d'amorcer un nouveau chapitre de sa vie, a déclaré pour sa part Valérie Plante.

En entrevue après le point de presse, tant M. Croteau que Mme Plante ont nié de manière catégorique l'existence de tensions entre eux.

À l'émission Le 15-18, le maire d'arrondissement a expliqué qu'il partait le coeur léger, serein et heureux, qu'il fallait savoir quitter au bon moment et éviter le mandat de trop. Bref, il s'agit, assure M. Croteau, d'une décision purement personnelle prise au cours des dernières semaines.

Si j'avais voulu continuer, je serais candidat.

Une citation de :François William Croteau, maire de l'arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie

Ainsi, les tensions entre la mairesse et lui ne seraient que des spéculations, dit-il. On n'est pas toujours d'accord, admet François Croteau. Mais je n'ai pas de tensions avec la mairesse ni avec son cabinet, a assuré le politicien de 49 ans, mardi après-midi, à l'animatrice Annie Desrochers.

C'est précisément pourquoi il tenait à la présence de Mme Plante, mardi après-midi, dans son arrondissement. Je voulais absolument mettre un frein et un trait final à ces spéculations qui courent depuis des mois comme quoi il y avait des tensions, a-t-il expliqué.

Un pilier du parti

Élu sans interruption depuis 2009, François W. Croteau a d'abord siégé sous la bannière de Vision Montréal avant de faire le saut avec Projet Montréal en 2011.

Pressenti pour remplacer Richard Bergeron à la tête du parti en 2014, il a finalement passé son tour, et c'est Valérie Plante qui, deux ans plus tard, a été choisie par les membres au terme d'une lutte serrée avec Guillaume Lavoie.

Au lendemain de la victoire de Projet Montréal aux élections municipales de 2017, M. Croteau est devenu responsable de la ville intelligente, des technologies de l'information et de l'innovation au comité exécutif, poste qu'il occupe encore aujourd'hui.

Il entend maintenant continuer à agir sur la transition écologique et la qualité de vie des Montréalais en dehors de la scène politique, lui qui a défendu sa thèse de doctorat en études urbaines en pleine campagne électorale, il y a quatre ans.

Qui le remplacera?

Son départ donnera lieu à une investiture qui permettra à Projet Montréal de présenter un nouveau visage à la mairie de cet arrondissement remporté haut la main par M. Croteau en 2017 avec 68,29 % des voix. Pour le moment, le parti de Valérie Plante n'a pas fait connaître ses intentions quant au candidat qui pourrait lui succéder.

Le conseiller municipal François Limoges (Saint-Édouard) confirme être en réflexion. Il était d'ailleurs présent à l'annonce du départ de M. Croteau, mardi.

Il y a des dialogues ouverts en ce moment entre les membres, avec la population, avec des gens dans le quartier, des gens dans le parti, a-t-il évoqué. Ces discussions-là vont se poursuivre et quand ma réflexion sera terminée, je vous en ferai part.

M. Limoges à l'hôtel de ville.

François Limoges, leader de la majorité au conseil municipal de la Ville de Montréal et conseiller du district Saint-Édouard

Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

D'autres candidats pourraient toutefois tenter de lui ravir l'investiture. Le président de Projet Montréal, Guedwig Bernier, répète depuis des mois que le parti souhaiterait profiter du scrutin de 2021 pour présenter un plus grand nombre de candidats issus de la diversité.

Je pense qu'en 2021, il nous faut des gens qui ressemblent à la population montréalaise à tous les postes. À tous les postes! Maires et mairies d'arrondissement inclus, soutenait-il le mois dernier.

Or, François Croteau est à ce jour le seul maire d'arrondissement membre de Projet Montréal à avoir annoncé son retrait de la politique à la fin du présent mandat.

Cela dit, plusieurs autres élus ont annoncé dans les derniers mois qu'ils n'entendaient pas se représenter aux élections municipales de novembre.

Le maire de l'arrondissement de Verdun, Jean-François Parenteau, et son homologue lasalloise, Manon Barbe, ont indiqué le mois dernier qu'ils ne seraient pas sur la ligne de départ.

Les conseillers municipaux Richard Ryan (Mile-End), Rosannie Filato (Villeray) et Christine Gosselin (Vieux-Rosemont) ont aussi annoncé qu'ils ne seraient pas candidats cette année.

La conseillère d'arrondissement Sophie Thiébaut (Saint-Henri-Est–Petite-Bourgogne–Pointe-Saint-Charles–Griffintown) souhaiterait quant à elle passer la main à une personne plus représentative de la diversité.

Avec Thomas Gerbet et Romain Schué

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !