•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Être propriétaire d'une voiture électrique dans la province du pétrole

Pour 10 000 voitures à essence, il y a seulement 8 voitures électriques en Alberta.

Brangwyn Jones devant sa voiture électrique.

Brangwyn Jones fait régulièrement des déplacements professionnels entre Calgary et Medicine Hat avec sa Tesla Model 3.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Synonyme de futur pour certains, encore trop chères et pas pratiques pour d'autres. Les voitures électriques continuent de se faire une place sur les routes canadiennes, même en Alberta, malgré les comportements déplacés de certains autres conducteurs.

C'est un char d’assaut l’hiver, lance fièrement Brangwyn Jones. Ce militaire francophone ne changerait sa voiture pour rien au monde.

Depuis un an, il a lâché sa Volkswagen TDI pour un modèle très populaire de la marque Tesla. Dans son garage, il en a même une deuxième, version jouet en dix fois plus petite, pour sa fille de quatre ans.

C’est beaucoup plus tranquille. Il n’y a aucun bruit de moteur. Les sièges sont bien faits. On est dans une bonne cage de protection, dit le père de famille de 46 ans.

En passant se recharger sur une des 60 stations de Calgary, il croise d'autres propriétaires qui eux aussi ont fait le grand saut vers le tout électrique.

C’est la voiture du futur. Je fais ma part pour préserver la planète, dit Lewis Chan, assis dans son véhicule.

Même si le prix de ce bolide à l'achat, entre 50 000 $ et 70 000 $, est conséquent, Brangwyn Jones s’y retrouve financièrement.

Pour un plein de recharge, la différence de prix tombe de neuf cents le kilomètre avec maintenance à deux cent le kilomètre sans maintenance avec ma Tesla, calcule-t-il.

Grâce à l’argument écologique et économique, le nombre de véhicules électriques enregistrés en Alberta a bondi de 1000 % en 4 ans, alors que celui des voitures à essence n’a augmenté que de 1 %.

Comme des marginaux

Pourtant, cette nouvelle génération d'automobilistes n'est pas aidée en Alberta. Le gouvernement provincial n'offre pas de rabais à l'achat contrairement au Québec, ou à la Colombie-Britannique. Dans ces provinces, les ristournes peuvent atteindre jusqu’à 8000 $.

Rectificatif :

  • Une version antérieure de ce texte déclarait que l'Ontario offrait aussi un rabais à l'achat ce qui n'est plus le cas depuis 2018.

Toutefois, les propriétaires albertains se sentent encore comme des marginaux dans la province du pétrole.

Parfois, les chauffeurs de camionnettes laissent échapper une grosse fumée noire du pot d'échappement de leur véhicule en dépassant les voitures électriques, raconte Brangwyn Jones.

On a déjà vu des photos de camions qui stationnent devant les superchargeurs pour nous empêcher de les utiliser, mais ça arrive de moins en moins souvent.

Sept bornes de recharge pour véhicules Tesla devant lesquelles sont stationnées 4 voitures à combustion interne.

Photo prise en avril 2021 montrant des voitures à combustion interne stationnées devant des chargeurs Tesla.

Photo : Facebook / Tesla Owners Club of Alberta

Propriétaire de 20 Teslas qu’il utilise pour son entreprise de transport en Colombie-Britannique, Darryl Kolewski confirme : En 2018 et 2019, j’ai vécu beaucoup de comportements haineux de la part des autres automobilistes à Edmonton et Calgary. Ils t’envoient de la fumée noire dessus.

Changement d'attitude

Angie Dean, une des rares femmes dans les rangs des propriétaires de voitures électriques, a tout de même vu une évolution des mentalités.

En 2017, des conducteurs de camionnettes m’abordaient pensant que j’étais contre l’industrie du pétrole. Depuis deux ans, ils viennent me demander si ma Tesla fonctionne bien l’hiver. L’Alberta est en train de changer, dit cette urbaniste de la Ville de Calgary.

Ed Ma a beau être conseiller en stratégie pour une grande pétrolière, cela ne l'empêche pas d'avoir quatre voitures électriques, dont deux modèles rares qu’il appelle ses princesses.

Ed Ma au volant d'une voiture.

Ed Ma au volant d'une Tesla Roadster. Il n'y en aurait que 2400 à travers le monde.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Devant sa maison de Calgary équipée de panneaux solaires, il assure que l’industrie du pétrole et du gaz voit un avenir dans les véhicules électriques. Le monde va avoir besoin de toutes les formes d’énergies pour encore longtemps.

Le défi des stations

Plus il y aura de stations de recharge dans nos provinces, plus les gens se sentiront à l'aise d'acheter des véhicules électriques. Les trajets de longue distance ne seront plus un problème, estime-t-il.

Seulement 4 % des plus de 6000 stations de recharge au Canada, sont en Alberta.

Une prise de recharge Tesla branchée sur une voiture.

Il y a plus de 6000 stations de recharge au Canada dont près de 700 spéciales Tesla.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Selon Ed Ma, pour voir le parc automobile non conventionnel grandir, il faut plus d’investissements privés et publics dans les stations de recharge et une réduction du prix des voitures 100 % électriques.

Ces voitures sont comme une bouteille de vin, croit Ed Ma. Elles se bonifient avec le temps, grâce aux infrastructures qui se multiplient chaque mois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !