•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mobilisation pour sauver le manège militaire de Sherbrooke

Cinq personnes devant le manège militaire de Sherbrooke

Une mobilisation s'organise pour empêcher la fermeture et le déménagement du manège militaire de la rue Belvédère Sud à Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Proulx

Radio-Canada

Une mobilisation s'organise pour empêcher la fermeture du manège militaire Colonel-Gaétan-Côté, prévue le 1er juin prochain.

C'est le ministère de la Défense qui a pris cette décision en mars dernier à la suite d'inspections démontrant entre autres une « détérioration très avancée de la maçonnerie, des fissures dans le mortier, des briques inexistantes ou éclatées, d'affaissement au niveau des murs, et de la corrosion dans les armatures. »

À elle seule, la réfection de la maçonnerie pourrait coûter 22 millions de dollars, selon le ministère de la Défense.

Nous sommes là pour décrier une situation que l'on juge inacceptable. Nous sommes en colère! Nous sommes un groupe de Sherbrooke qui a à coeur que le patrimoine de l'Estrie soit préservé et sauvé. Ça fait plus de 100 ans que ce manège existe, rappelle le brigadier général à la retraite, Jean-Luc Bombardier.

Le groupe, composé d'ex-militaires et de l'actuelle lieutenant colonel honoraire, Marie-Claude Lapointe, demande au ministère de la Défense d'annuler immédiatement la décision de fermeture du manège, et qu'il autorise que l'enveloppe extérieure soit examinée par un entrepreneur externe et indépendant. Des mesures de protection temporaires sont également demandées pour permettre l'utilisation du bâtiment.

Ruban jaune sur lequel est écrit danger devant le manège militaire de Sherbrooke.

La façade de brique du manège militaire menace de tomber selon des experts.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Proulx

Nous demandons aussi que des plans de rénovation soient préparés dans les plus brefs délais.

Une citation de :Jean-Luc Bombardier, brigadier général à la retraite

Selon le brigadier général Jean-Luc Bombardier, il est possible de faire des travaux de correction de la bâtisse à moindre coût que ceux avancés par le ministère de la Défense. Nous avons eu des contacts avec des firmes, comme Gératek, qui ont visualisé les travaux à faire et elles disent pouvoir faire les travaux à des coûts beaucoup, beaucoup moindres que ce qui avait été annoncé.

Le groupe appelle aussi les organismes publics de réagir publiquement et de soutenir fermement nos élus, nos efforts dénonçant cette situation en défendant cette cause. Ce que l'on veut, c'est sauver notre patrimoine, sauver notre manège.

Des toiles vertes sur le manège militaire.

Des toiles ont été posées à certains endroits, il y a près de dix ans, au cas où des briques de la façade tomberait.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Proulx

On parle de la situation depuis mon arrivée en 2019. C'est décevant. Il n'y a rien qui se passe et on arrive avec un événement comme celui-ci. [...] Le manège est central. Si on arrivait avec un nouvel édifice, on se retrouverait probablement en périphérie de Sherbrooke. Nos réservistes sont souvent des étudiants qui utilisent le transport en commun, indique Marie-Claude Lapointe.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !