•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une confiance soutenue envers les vaccins au Canada, selon un sondage

Un homme et une femme portant des masques marchent dans la rue.

Un homme et une femme portant des masques marchent dans la rue.

Photo : iStock

La Presse canadienne

La confiance envers les vaccins contre la COVID-19 se maintient au Canada malgré la confusion et les inquiétudes quant à l'innocuité du vaccin d'AstraZeneca-Oxford, suggère un nouveau sondage mené par Léger.

Ces résultats portent également à croire que les Canadiens sont généralement ouverts à l'idée d'un passeport vaccinal, mais y sont davantage favorables pour les voyages que pour les activités quotidiennes comme manger au restaurant, assister à un concert ou aller dans un centre commercial.

Plus de huit répondants sur dix ont dit être déjà vaccinés ou avoir l'intention de prendre rendez-vous lorsque viendra leur tour, un taux presque identique à celui observé lors d'un sondage similaire il y a un mois. Il s'élevait à six répondants sur dix en octobre dernier, puis à sept sur dix au mois de janvier.

Pratiquement tous les gouvernements de l'hémisphère occidental seraient heureux si 82 % des adultes se faisaient vacciner, estime le vice-président exécutif de Léger, Christian Bourque.

Près de 40 % des Canadiens ont maintenant reçu au moins une dose de vaccin contre la COVID-19. Les autorités gouvernementales calculent qu'au moins 75 % de la population devra être vaccinée pour se rapprocher d'une immunité collective.

Cette confiance globale envers les vaccins reste stable malgré le possible lien entre ceux d'AstraZeneca et de Johnson & Johnson et le développement très rare, mais grave de caillots sanguins. Dans les deux semaines précédant le sondage, 12 Canadiens ont reçu un diagnostic de thrombocytopénie thrombotique immunitaire induite par le vaccin (TTIV), et trois d'entre eux sont décédés, sur plus de 2 millions de personnes vaccinées avec des doses d'AstraZeneca.

Le 23 avril, le Comité consultatif national de l'immunisation a recommandé que les personnes moins vulnérables face à la COVID-19 attendent d'avoir accès à des doses de Pfizer-BioNTech ou de Moderna, plutôt que de se tourner vers celles d'AstraZeneca. La même recommandation a été formulée à l'endroit du vaccin de Johnson & Johnson le 3 mai.

La confiance envers ces deux vaccins est en baisse depuis. Plus de huit répondants sur dix ont affirmé faire confiance aux vaccins de Pfizer et de Moderna, qui ne sont pas du tout liées à des caillots. Mais moins de la moitié des personnes interrogées ont exprimé leur confiance envers AstraZeneca ou Johnson & Johnson. Il y a un mois, près de sept répondants sur dix disaient avoir confiance en Johnson & Johnson et un peu plus de la moitié en AstraZeneca.

La grande majorité des Canadiens n'auront toutefois pas à s'en soucier, car environ 85 % des doses administrées en date du 1er mai étaient de Pfizer ou de Moderna, tout comme plus de 88 % des doses attendues au cours des deux prochains mois.

Ce récent sondage suggère également que près des trois quarts des Canadiens souhaitent qu'un passeport vaccinal leur soit distribué gratuitement une fois qu'ils auront été immunisés.

Mais les appuis pour ces passeports varient en fonction de la manière dont ils seraient utilisés.

Environ huit personnes sur dix appuient l'idée d'un passeport vaccinal qui serait requis pour voyager au pays ou à l'étranger, par rapport à environ six personnes sur dix pour un passeport qui serait exigé par le gouvernement ou par les propriétaires d'entreprise pour tout, que ce soit une sortie au restaurant, un match de hockey ou un rendez-vous au salon de coiffure.

Seulement la moitié des répondants ont dit croire que les commerçants devraient exiger une preuve de vaccination pour des achats non essentiels.

Dans l'ensemble du pays, les appuis pour une preuve de vaccination sont à leur plus bas en Alberta, avec un peu plus de 50 % d'approbation.

Le gouvernement fédéral a affirmé qu'il s'alignerait avec ses alliés internationaux pour un système de preuve du statut vaccinal, mais le premier ministre Justin Trudeau s'est jusqu'à maintenant montré très peu enthousiaste à l'idée d'utiliser des passeports vaccinaux pour des activités à l'intérieur du pays.

Le sondage a été mené en ligne du 7 au 9 mai auprès de 1529 Canadiens. Les experts en recherche et en méthodologie estiment qu'il est impossible d'attribuer une marge d'erreur à un sondage réalisé en ligne, puisque la méthode d'échantillonnage est non probabiliste.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !