•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Québec assouplit les règles en Outaouais et dans Rimouski-Neigette

Les trois hommes s'adressent aux journalistes.

Le premier ministre du Québec, François Legault, le ministre de la Santé, Christian Dubé, et le directeur de santé publique du Québec, Horacio Arruda, ont promis le dépôt, bientôt, d'un plan de déconfinement pour le Québec.

Photo : The Canadian Press / Jacques Boissinot

Radio-Canada

Alors que la situation s'améliore au Québec et que la vaccination progresse, le gouvernement Legault annonce la levée, lundi prochain, des mesures d’urgence en Outaouais et dans la MRC Rimouski-Neigette.

Visiblement encouragé par la baisse des nouveaux cas de COVID-19 et la stabilité relative des hospitalisations observées au Québec depuis plusieurs semaines, le premier ministre Legault a annoncé que la situation s'était suffisamment améliorée en Outaouais pour que les mesures d'urgence décrétées dans la région depuis le 1er avril soient levées à compter de lundi prochain.

Ce qui signifie que le couvre-feu y passera de 20 h à 21 h 30, que les écoles secondaires seront rouvertes ainsi que les commerces non essentiels. On a vraiment repris le contrôle de la situation, s'est félicité le premier ministre.

François Legault a par ailleurs demandé aux policiers québécois de demeurer vigilants afin de limiter la circulation des citoyens entre le Québec et l'Ontario, où la situation pandémique est toujours difficile.

On demande aux policiers de continuer de faire de la surveillance sur une base aléatoire. C'est important que les gens de l'Ontario respectent les règles de l'Ontario. Ils ne sont pas supposés d'aller dans les commerces en Outaouais.

Dans le Bas-Saint-Laurent, les mesures d'urgence seront aussi levées dans la région de Rimouski-Neigette, qui repassera en zone rouge. Mais les régions du Témiscouata, de Kamouraska, Les Basques et Rivière-du-Loup demeureront sous le coup de mesures d'urgence jusqu'à nouvel ordre.

La situation demeure également préoccupante dans les régions de la Beauce et des Etchemins, ainsi que dans la région du Granit, en Estrie, où le nombre de cas et la propagation de la COVID-19 demeurent élevés.

Les écoles secondaires seront cependant rouvertes dans ce secteur, mais le couvre-feu y demeurera à 20 h et les commerces non essentiels demeureront fermés.

Lanaudière, les Laurentides et la Montérégie bientôt en zone orange

À l'exception de ces régions, la situation continue de s'améliorer au Québec, notamment en périphérie de Montréal, a souligné le premier ministre Legault, qui espère obtenir bientôt le feu vert de la santé publique pour faire passer Lanaudière, les Laurentides et la Montérégie en zone orange.

On sent que ça s’en vient, la zone orange et les restaurants, donc j’espère bientôt avoir l’accord de la santé publique dans ces trois grandes régions.

Une citation de :François Legault, premier ministre du Québec

Actuellement, la santé publique recense 55,5 cas actifs de COVID-19 pour 100 000 habitants dans Lanaudière, 50,8 dans les Laurentides et 66,8 en Montérégie.

Les concentrations de cas sont cependant près du double actuellement à Laval et à Montréal.

Depuis trois semaines, la COVID-19 perd du terrain globalement au Québec, où la santé publique recensait aujourd'hui 660 nouveaux cas et 9 décès supplémentaires. Des données encourageantes alors que la campagne de vaccination progresse à grands pas dans la province. Dans toutes les régions, les personnes de 25 ans et plus peuvent dès maintenant prendre rendez-vous pour se faire vacciner.

On est en train de passer au travers de la troisième vague.

Une citation de :François Legault, premier ministre du Québec

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, s'est quant à lui tourné vers les réseaux sociaux, mardi matin, pour interpeller les jeunes adultes et leur demander de profiter au maximum de l'opportunité qui leur est offerte de se faire vacciner.

« Excessivement bien partie »

Enthousiaste, le ministre a souligné que la semaine des jeunes est excessivement bien partie, alors que 50 % des 30-34 ans de partout au Québec ont déjà pris leur rendez-vous pour obtenir le vaccin contre la COVID-19, qui leur est offert depuis lundi.

Je veux vous dire que je vous entends et que je sais que ça n'a pas été facile, a-t-il écrit, ajoutant qu'il comprenait que les jeunes aient pu avoir l'impression de ne pas être prioritaires.

Mais moi-même comme père de deux jeunes adultes, je ne vous ai jamais oubliés.

Une citation de :Christian Dubé, ministre de la Santé du Québec

Selon M. Dubé, les jeunes ont maintenant un rôle crucial à jouer en allant se faire vacciner en grand nombre.

Il souligne que la vaccination permet de protéger les autres, même si on est soi-même moins à risque, et note qu'avec les nouveaux variants, les jeunes atteints de la COVID-19 restent à l'hôpital plus longtemps que lors des premières vagues.

Le plan de déconfinement, c'est pour bientôt

Questionné sur les raisons pour lesquelles il maintient un couvre-feu, alors que le nombre de cas et d'hospitalisations est à la baisse et somme toute sous contrôle, le directeur national de santé publique du Québec a expliqué qu'il travaille activement avec le gouvernement à l'élaboration d'un plan d'assouplissement empreint d'espoir et d'un plus de liberté, mais aussi de prudence, qui sera présenté prochainement aux Québécois.

En ce qui a trait au couvre-feu, Horacio Arruda a souligné que, selon les sondages menés par la santé publique, beaucoup de gens considèrent que le couvre-feu, c'est encore un élément important.

Également questionné sur les préoccupations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) voulant que le variant indien soit plus contagieux que les autres variants et peut-être même résistant aux vaccins, le Dr Arruda a expliqué que ce variant est actuellement marginal au Québec et qu'aucune éclosion n'a été observée pour l'instant.

Il a par ailleurs relativisé le niveau de contagion de ce variant en expliquant qu'en Inde, la concentration d'habitants est beaucoup plus élevée qu'ici et que les mesures sanitaires y sont relativement faibles, ce qui explique en partie les ravages qu'il fait actuellement dans ce pays.

M. Arruda s'est néanmoins dit préoccupé et surveille de près les informations en provenance de l'OMS.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !