•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Malgré la hausse de cas, la Gaspésie devrait rester en zone jaune

Installations et personnel rattachés au dépistage.

Une clinique de dépistage à Mont-Louis.

Photo : Radio-Canada / courtoisie

Même si 80 nouveaux cas de COVID-19 ont été recensés depuis le début du mois de mai en Gaspésie – soit autant de cas que pour tout le mois d'avril – la Gaspésie devrait rester au palier d'alerte jaune, selon le directeur régional de la santé publique, Yv Bonnier-Viger.

Pour l'instant, on n'a pas de raison de croire [qu'on passera en zone orange], on pense que la situation va revenir à la normale, a-t-il affirmé en entrevue à Bon pied bonne heure, mardi matin.

Selon le Dr Bonnier-Viger,  la situation est « assez en contrôle » en Haute-Gaspésie, où une soudaine augmentation du nombre de cas de COVID-19 a beaucoup inquiété les résidents. La Gaspésie demeurera donc en zone jaune pour le moment à moins que des gens ne nous aient pas révélé tous leurs contacts, indique-t-il.

Le directeur de la santé publique admet que le nombre de nouveaux cas a augmenté très rapidement dans la région. Par contre, il précise que les enquêtes épidémiologiques ont permis de bien cerner le virus et de savoir où il s'est propagé.

La situation est quand même liée à trois ou quatre groupes de gens qui se connaissent et qui se sont retransmis le virus. On a réussi à retracer tous les contacts, mentionne-t-il.

Les deux unités de dépistage ont permis de détecter 31 cas en Haute-Gaspésie depuis lundi dernier. Des centaines de personnes ont dû être isolées, a-t-il indiqué.

Yv Bonnier-Viger lors d'un entretien sur Skype.

Le directeur de la santé publique pour la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine, Yv Bonnier-Viger (archives)

Photo : Radio-Canada / Capture d'écran Skype

Ça s’est passé à travers des écoles et les milieux de travail des gens qui venaient travailler ou qui revenaient d’autres régions, précise-t-il. Ce qui a permis d’avoir beaucoup de cas, c’est que des gens avaient oublié les mesures de base.

Dans nos enquêtes, plusieurs personnes nous ont dit qu’ils croyaient juste avoir un rhume et ils ont continué à aller travailler. Un petit rhume souvent, c’est la COVID.

Une citation de :Yv Bonnier-Viger, directeur de la santé publique de la Gaspésie et des Îles

Yv Bonnier Viger mentionne aussi que plus de gens ont été très malades, ce qui indique à quel point le variant britannique peut-être extrêmement contagieux.

Les enquêtes ont aussi permis de constater que beaucoup moins de personnes âgées ont été atteintes, ce qui démontre, selon lui, que le vaccin fait son effet.

La santé publique de la Gaspésie se donne jusqu’à la fin du mois de mai pour statuer sur la tenue de la saison touristique. Pour le moment, la situation est encore jugée fragile.

De plus en plus de gens vaccinés

Par ailleurs, tous les résidents des CHSLD de la Gaspésie et des Îles ont reçu leur deuxième dose du vaccin, rapporte le Dr Bonnier-Viger.

Chez la population générale, près de 50 % a reçu une première dose en Gaspésie, et au-delà de 95 % des personnes de 70 ans et plus sont vaccinées.

Des personnes attendent de recevoir une dose de vaccin contre la COVID-19 à Bonaventure, le 20 mars 2021.

La vaccination se poursuit en Gaspésie.

Photo : Radio-Canada / Luc Manuel Soares

Aux Îles-de-la-Madeleine, 80 % des résidents ont reçu leur première dose. Au-delà de 30 % de la population générale devrait avoir reçu une deuxième dose à la fin de la semaine.

Le docteur Bonnier-Viger rappelle cependant que même les gens qui ont reçu leurs deux doses doivent continuer à respecter les mesures en vigueur. La liberté ne peut être atteinte de façon individuelle, dit-il, en ajoutant qu'il faut atteindre l’immunité collective avant d’espérer pouvoir circuler normalement sans mesure de protection.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !