•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

45 cégeps du Québec en grève pour 2 jours

Des enseignants manifestent devant le Cégep Garneau, à Québec.

Des enseignants manifestent devant le Cégep Garneau, à Québec.

Photo : Radio-Canada/Pierre-Alexandre Bolduc

Les professeurs de 45 cégeps de la province ont entamé une grève de 2 jours à midi mardi. Ces syndiqués affiliés à la CSN dénoncent l’absence d’avancées dans les négociations avec le gouvernement Legault.

Les enseignants réclament notamment de meilleures conditions salariales, moins de précarité et davantage de ressources pour venir en aide aux étudiants en difficulté ou à besoins particuliers.

Les conventions collectives des professeurs sont échues depuis un peu plus d’un an. Les pourparlers ont débuté il y a plus d'un an et demi, sans résultats, selon les syndicats qui représentent un peu plus de 15 000 enseignants des cégeps un peu partout au Québec.

L'exaspération est bien là. On sent que le gouvernement joue la carte de l'usure et les pourparlers font du surplace depuis un bon moment. C'est dommage qu'au lieu de favoriser le dialogue et l'écoute, nos vis-à-vis nous poussent dans nos derniers retranchements, explique le vice-président de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec, Yves de Repentigny.

On ne fait pas la grève de gaieté de coeur, mais parce que le gouvernement nous pousse à bout et persiste à faire la sourde oreille à nos demandes. Nous constatons au quotidien une série de problèmes et nous souhaitons y apporter des solutions pérennes, ajoute le président du Syndicat des professeures et professeurs du Cégep Limoilou, Robin Cormier.

Chargés de cours mal payés

Les enseignants dénoncent notamment la rémunération accordée aux chargés de cours à la formation continue.

Pour donner le même cours, ils reçoivent 50 % du salaire des enseignants au régulier. Ce n’est pas attrayant et nous allons avoir de plus en plus de difficulté à attirer des personnes qualifiées, estime la vice-présidente du Syndicat des professeurs du Collège François-Xavier-Garneau, Hélène Nazon.

La grève des professeurs affiliés à la CSN se terminera le 13 mai à midi.

Appui étudiant

La Fédération étudiante collégiale du Québec appuie le débrayage des enseignants. Les effets de la grève seront moins néfastes à long terme que ceux des conditions de travail des enseignants, selon la Fédération.

Pour les étudiants, c'est important d'avoir de bonnes conditions dans lesquelles évoluer. Pour la Fédération, des enseignants qui ont de meilleures conditions de travail, ce sont des étudiants qui ont de meilleures conditions pour réussir, affirme la présidente, Noémie Veilleux.

D'autres actions à venir

Toutefois, d’autres journées de débrayage pourraient avoir lieu d'ici la fin de l’année scolaire puisque les syndiqués se sont dotés de mandats de débrayage de cinq jours à exercer au moment jugé opportun.

Ce sera également au tour des enseignants des cégeps affiliés à la Centrale des syndicats du Québec de débrayer durant une journée jeudi.

Cette fois, le personnel professionnel et le personnel de soutien s’ajouteront aux enseignants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !