•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un concierge d'une école francophone accusé dans une affaire d'exploitation d'enfant

Le blason noir et blanc de la police de Windsor affiché sur une vitre du quartier général

Quartier général de la police de Windsor

Photo : Radio-Canada / Nicolas Pham

Radio-Canada

Les services de police de Windsor ont accusé un homme de Windsor après le signalement d'un cas d'exploitation d'enfant.

Selon la police, l'incident lui a été rapporté le 30 avril dernier.

Lors de son enquête, la police a appris que le suspect avait échangé et accepté de rencontrer un individu identifié comme une personne âgée de moins de 16 ans dans le but de commettre une infraction d'ordre sexuel.

Paul Larose, 45 ans, a été arrêté le 6 mai. Selon la police, il travaille comme concierge où des enfants peuvent avoir été présents dans le cadre de son emploi.

Paul Larose apparaît sur la liste des employés de l'école élémentaire catholique francophone George P. Vanier.

Les familles de l'école ont par ailleurs reçu vendredi dernier une lettre par courriel dont Radio-Canada a obtenu copie dans lequel la direction de l'établissement indique avoir été informée de la présence en ligne d’une vidéo démontrant le comportement qui n’est pas compatible avec les valeurs du Csc Providence de l’un des membres de notre personnel.

La lettre précise que la police a été immédiatement alertée et que des mesures ont été mises en place pour la sécurité des élèves.

[...] la personne concernée a été immédiatement relevée de ses fonctions. Le personnel scolaire et le Conseil scolaire catholique Providence ont pleinement coopéré avec les services policiers au cours de leur enquête, et nous continuerons à le faire, précise également le document.

Sollicité par Radio-Canada, le directeur de l'Éducation du Conseil scolaire catholique Providence, Joseph Picard, n'a pas commenté le dossier.

Étant donné qu'il y a une enquête policière en cours, nous n'offrirons pas aucun commentaire, a-t-il répondu dans un message texte mardi.

La police demande à toute personne ayant des informations au sujet de cette enquête de contacter l'unité ICE (Internet Child Exploitation).

Les accusations n'ont pas été prouvées en cour.

Correction : l'article indiquait en premier lieu que les parents avaient reçu un courriel. Ils ont en faire reçu une lettre par courriel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !