•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mouvement d’opposition à un projet immobilier aux abords du lac Stukely

Des arbres d'une forêt sont pris en photo.

Le développement est prévu dans un secteur boisé.

Photo : iStock

Thomas Deshaies

Des citoyens de la municipalité de Bonsecours se sont présentés en grand nombre à la séance du conseil municipal du 10 mai pour faire valoir leur opposition à un projet de développement immobilier dans leur municipalité.

Le promoteur du  Domaine Stukely  prévoit aménager plusieurs terrains aux abords du lac Stukely, non loin des limites du parc national du Mont-Orford.

Le maire de la municipalité, Jacques David, a indiqué aux citoyens qui assistaient à la séance du conseil municipal que le projet définitif n’a toujours pas été déposé à la Ville. Il estime cependant qu’il pourrait y avoir une centaine de nouveaux lots développés.

Selon le citoyen Louis-Philippe Auger, qui mobilise le voisinage, ce développement pourrait avoir des impacts négatifs sur l’environnement. On parle d’un site directement lié au parc du Mont-Orford et au lac Stukely, déclare-t-il en entrevue. C’est une grande surface vierge qui comporte de la faune et de la flore.

Un enjeu de cohabitation?

Selon M. Auger, ce nouveau développement serait conçu pour les résidents de Montréal. Sont-ils prêts à cohabiter avec les gens de la campagne, se questionne-t-il. On le voit dans les municipalités voisines qui sont enterrées pas des projets immobiliers de la sorte.

Le maire a indiqué lors de la séance du conseil que le développement dans le secteur n’entrait pas en contradiction avec les règlements de la Municipalité. Tant et aussi longtemps que les promoteurs respecteront les règlements au niveau du zonage, la municipalité est en accord avec le projet, a-t-il déclaré d’entrée de jeu.

Il a toutefois fait savoir que la Municipalité pourrait modifier certains règlements pour imposer des règles un peu plus strictes au niveau de l’environnement. Tant et aussi longtemps qu’il n’y a pas de projet officiel de déposer, on peut faire cela, a-t-il précisé.

Poursuivre la mobilisation

Louis-Philippe Auger se désole de la position du conseil municipal. Si les citoyens se mettent ensemble pour contrer, pourquoi la municipalité n’emboîte pas le pas avec nous, souligne-t-il.

On se fait expliquer par la ville que parce que le zonage le permet, un promoteur peut arriver ici avec de l’argent et tout faire.

Une citation de :Louis-Philippe Auger, citoyen

Le groupe informel de citoyens souhaite continuer de faire circuler une pétition et réclame la tenue d’une rencontre avec le conseil municipal qui portera uniquement sur ce développement.

Le promoteur se dit sensible aux préoccupations environnementales

Le promoteur du projet, LSR Gesdev, nous a précisé par courriel le 17 mai que leur projet permettrait la construction de 110 résidences. Des quais pourraient être installés sur le site.

Nous comprenons les préoccupations des citoyens de Bonsecours, et sommes animés par la même volonté de préserver ce milieu de vie paisible.

Une citation de :Annie Lemieux, présidente de LSR Gesdev

La présidente de l’entreprise, Annie Lemieux, indique le Domaine Stukely tiendra compte d’une grande préoccupation environnementale. Afin de nous assurer du respect de l’environnement, chaque contrat notarié contiendra des restrictions de déboisement minimales ainsi qu’une obligation de maintenir un maximum de couvert végétal existant, précise-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !