•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dominic Cardy accuse le Collège des psychologues d'être déconnecté de la réalité

Un jeune garçon discute avec une psychologue.

Le Collège des psychologues du Nouveau-Brunswick dénonce le projet de loi 35.

Photo : iStock / Katarzyna Bialasiewicz

Radio-Canada

Le Collège des psychologues du Nouveau-Brunswick demande aux députés de voter contre un projet de loi qui permettra à des enseignants de faire une partie du travail des psychologues.

Le projet de loi 35 vise à permettre à des enseignants de conduire des évaluations psychoéducatives d’élèves.

Le ministre de l’Éducation, Dominic Cardy, a déposé ce projet en mars dernier.

S’il est adopté, des enseignants titulaires d’une maîtrise pourront, après avoir suivi une formation de mise à niveau, administrer un test, le noter puis interpréter et appliquer ses résultats.

Selon le Collège des psychologues, confier ces évaluations à des enseignants représente un risque.

Le Collège des psychologues a signalé cette situation à des associations nationales et internationales qui sont très inquiètes des précédents que ces changements pourraient engendrer.

La psychologue du Centre Mieux-Être de Bathurst, Natalie Mallet-Boudreau, fait souvent des évaluations psychoéducatives dans le cadre de son travail.

Ce type d’évaluation lui a permis à différents moments d’identifier des jeunes qui étaient sous le spectre de l’autisme, qui souffraient de dépression, d’anxiété, de troubles d’attachement et de traumatismes d’enfance.

Elle souligne que les psychologues qui font normalement ces évaluations ont reçu de 8 à 10 ans de formation.

Le danger de donner ces tests-là à des gens qui n’ont pas d’entraînement au niveau de la psychologie, c’est qu’on peut manquer tout le portrait plus global de l’enfant, conclut-elle.

Un accès plus rapide à des services, selon Cardy

Le ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance du Nouveau-Brunswick, Dominic Cardy, accuse le Collège des psychologues du Nouveau-Brunswick d’être déconnecté de la réalité.

C’est leur perspective et ce n’est pas basé sur la réalité, aujourd’hui, on a des enfants qui n’ont pas accès du tout à aucun service, affirme-t-il.

Dominic Cardy ajoute que 25 enseignants seront formés pour mener les évaluations psychoéducatives dès la prochaine année scolaire.

Dominic Cardy par webcam le 22 mars 2021.

Le ministre de l'Éducation et du Développement de la petite enfance du Nouveau-Brunswick, Dominic Cardy.

Photo : Radio-Canada

Le ministre ajoute que ce projet de loi n’est pas pour les psychologues, mais bien pour les enfants de la province, afin qu’ils puissent recevoir plus rapidement des services d’aide psychologique.

Les libéraux et les verts du Nouveau-Brunswick ont exprimé des réserves sur le projet de loi 35, mais la majorité en chambre des conservateurs devrait permettre son adoption.

D’après le reportage de Michel Corriveau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !