•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les personnes récalcitrantes aux restrictions rentreront-elles dans le rang?

Chris Scott, propriétaire du Whistle Stop Cafe, s'exprime lors d'un rassemblement contre les mesures prises par le gouvernement et les autorités sanitaires pour freiner la propagation de la COVID-19.

Mercredi, Services de santé Alberta a fermé le Whistle Stop Cafe.

Photo : La Presse canadienne / Jason Franson

Le premier ministre Jason Kenney avait promis de durcir le ton à l'encontre de ceux qui violent à répétition les règles de santé publique. Les forces de l’ordre ont donné un suivi à ses propos la fin de semaine dernière, avec plusieurs arrestations très médiatisées. Ce changement d’approche aura des effets concrets, croient plusieurs experts.

Les forces de l’ordre ont arrêté les organisateurs de plusieurs manifestations antirestrictions déclarées illégales, dont Christopher Scott, le propriétaire du Whistle Stop Cafe, de Mirror, ainsi que le prédicateur Artur Pawlowski et son frère, Dawid, à Calgary.

La semaine dernière, Services de santé Alberta a obtenu une injonction provisoire permettant aux différents corps policiers d’arrêter les organisateurs de toute manifestation contre les mesures de santé publique.

Une telle manifestation était prévue samedi après-midi au Whistle Stop Cafe, trois jours après que la Gendarmerie royale du Canada (GRC) eut fermé le restaurant indéfiniment. Les policiers ont distribué des amendes aux participants qui ont quitté les lieux après la manifestation, en plus d’arrêter son organisateur, le propriétaire du restaurant.

La police de Calgary a quant à elle sommé les Pawlowski de suivre les règles de santé publique lors de leur service religieux de samedi, mais ceux-ci n'ont pas obtempéré.

Le maire de Calgary,, Naheed Nenshi, estime que l’injonction provisoire qu’a obtenue Services de santé Alberta est un outil clé pour sévir contre les récalcitrants. Elle arrive trop tard, mais ce n’est pas rien, a-t-il affirmé lundi. On a vu son effet, cette fin de semaine, avec une application plus stricte de la loi.

Son conseil municipal envisage également d’augmenter les amendes pour non-respect du port obligatoire du masque, en les faisant passer de 100 $ à 500 $.

Le rodéo de Bowden : un moment décisif

Ce changement de ton est attribuable, en grande partie, au rodéo illégal de Bowden, croit l’expert en études juridiques Doug King, professeur à l’Université Mount Royal de Calgary.

Après un événement aussi important et explicite contre les restrictions, le gouvernement ne pouvait plus rester passif face aux violations flagrantes des règles de santé publique. Le manque de respect de l’application de la loi minait l’autorité du gouvernement, estime le professeur. Il était son pire ennemi.

Toutefois, il rappelle que ce n’est pas le gouvernement qui dicte aux forces de l’ordre les mesures à prendre. Doug King croit que les forces de l’ordre ont, au même moment, décidé de prendre les violations plus au sérieux.

Une stratégie efficace

Les personnes arrêtées pour non-respect des restrictions sont pour l’instant seulement les organisateurs, une stratégie efficace, selon Doug King.

Il faut trouver une manière d’appliquer la loi sans attiser encore plus la ferveur des personnes antirestrictions.

Une citation de :Doug King, professeur spécialisé en études juridiques, Université Mount Royal

Le chercheur en santé publique de l’Université de Calgary Sajjad Fazel croit que cette stratégie découragera principalement les participants les moins fervents. Ceux qui se sont joints récemment à ces manifestations, qui n’y vont qu’à cause d’un ami, ceux qui croient pareil, mais qui restent à la maison, ce sont ces personnes qui seront découragées d’y participer, croit-il.

Sajjad Fazel est aussi d'avis qu'une approche plus informative pour ceux qui ne respectent pas les règles, sans toutefois ouvertement les défier, est plus appropriée, car cela évite de les braquer. Cependant, s'ils persistent, il faut leur imposer une amende. Il croit également que l'augmentation des amendes pour violation des règles de santé publique aura un effet dissuasif plus important.

Le maire de Calgary abonde dans le même sens. Les amendes pour violation des règles de santé publique peuvent aller jusqu’à 100 000 $, rappelle-t-il. [Ces opposants] ont beau dire qu’ils se moquent du montant, à un moment donné, ils vont commencer à ne plus s’en moquer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !