•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le téléphone intelligent considéré comme une « maison », selon une étude

Gros plan d'un téléphone portable montrant des applications de réseaux sociaux.

Une équipe d'anthropologues attribue ce sentiment à l'essor des applications de messagerie.

Photo : Manan Vatsyayana/AFP/Getty Images

Radio-Canada

On éprouve les mêmes émotions envers notre téléphone intelligent qu’envers notre maison. C’est la conclusion à laquelle en vient une équipe d’anthropologues de l’University College de Londres (UCL) qui a mené une étude auprès d’internautes en provenance de neuf pays dans le monde.

Le téléphone intelligent n'est plus seulement un appareil que nous utilisons, il est devenu le lieu où nous vivons, a déclaré le professeur Daniel Miller, qui a dirigé un groupe d'anthropologues dans cette étude (Nouvelle fenêtre).

L’équipe de l’UCL a passé plus d’un an à documenter l’utilisation des téléphones intelligents d’internautes qui se considèrent comme des personnes ni jeunes ni vieilles aux quatre coins de la planète, du Cameroun à l’Irlande.

L’étude les décrit comme des escargots humains qui transportent leur maison dans leur poche, ce qui fait qu’à tout moment, que ce soit au cours d'un repas, d'une réunion ou d'une autre activité partagée, une personne avec qui nous sommes peut tout simplement disparaître, étant "rentrée chez elle" sur son téléphone intelligent.

Loin d’être un répit

Avec les réseaux sociaux et le travail au bout des doigts, cette maison est parfois loin d’être un lieu de répit et ne fait plus office de refuge, contrairement à la version traditionnelle de la maison.

On peut désormais attendre des personnes qu'elles restent en contact avec leur travail, même après avoir quitté leur bureau, peut-on lire dans l'étude.

Des élèves qui subissent de l’intimidation d'autres jeunes à l'école ne trouvent guère plus de répit en rentrant à la maison.

Une citation de :Extrait de l'étude

Selon l’équipe de recherche, nous assistons également peu à peu à la mort des interactions en face à face.

Nous apprenons à vivre avec le risque que, même lorsque nous sommes physiquement ensemble, nous puissions être socialement, émotionnellement ou professionnellement en solitude, décrit-on dans l’étude.

Le boom des applications de messagerie

L’équipe de recherche attribue cette transformation de nos comportements aux applications de messagerie telles WhatsApp, LINE ou encore WeChat, qui deviennent le cœur du téléphone intelligent pour les propriétaires de ces appareils.

Logo vert de l'application WeChat montrant deux bulles de discussions avec des yeux.

L'application WeChat est particulièrement populaire en Chine.

Photo : Radio-Canada / Mugoli Samba

Ces applications sont les plateformes où les frères et sœurs se réunissent pour s'occuper des parents âgés. C’est aussi l’endroit où les parents envoient d'innombrables photos de leurs bébés, et où les personnes migrantes renouent avec leur famille. Elles sont le moyen par lequel vous pouvez encore être des grands-parents même si vous vivez dans un autre pays, explique-t-on dans l’étude.

Avec les informations de The Guardian

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !