•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les étudiants de deuxième cycle du secondaire restent en classe... pour l'instant

Des gens levant la main en classe.

Selon des sources proches du dossier, les jeunes estriens de la troisième à la cinquième secondaire resteront sur les bancs d'école à temps plein, malgré le passage en zone rouge. (archives)

Photo : Getty Images / skynesher

Radio-Canada

Les jeunes Estriens de la troisième à la cinquième secondaire resteront sur les bancs d'école à temps plein jusqu'à nouvel ordre.

Un sursis a été accordé aux écoles de l'Estrie, à l'exception de celles du Granit, en attendant une décision ferme de Québec concernant l'exemption de l'alternance à l'école.

Le passage de l'Estrie en zone rouge aurait normalement dû entraîner le retour de l'enseignement à distance un jour sur deux pour les élèves du deuxième cycle du secondaire. Cependant, la santé publique de l'Estrie milite auprès de Québec pour qu'ils puissent terminer leur année en présentiel à temps plein.

Le Dr Alain Poirier, directeur de la santé publique, avait expliqué son raisonnement.

On ne trouve pas ça utile, quelques semaines avant la période des examens, de tout changer, de remettre l'alternance. De plus, on ne trouve pas qu'il y a tellement de cas générés dans les classes.

Une citation de :Dr Alain Poirier, directeur de la santé publique en Estrie

Un manque de motivation

Lundi, plusieurs élèves avaient exprimé leur appréhension de potentiellement retourner à l'école en alternance.

L'un d'eux, Kevin, élève de cinquième secondaire, soutenait qu'il n'y a pas vraiment d'avantages, d'autant plus que la motivation n'est pas vraiment là.

Même son de cloche du côté de Jean-Pascal Bédard, qui affirmait que la présence des autres l'aide dans le cadre des ses cours.

On peut s'entraider [...] T'as beau avoir un cours avec le prof, ce n'est pas la même ambiance dans ma chambre, souligne-t-il.

Orfé, une autre élève de cinquième secondaire, souhaitait également terminer son année aux côtés de ses collègues.

Ça nous permet de faire des apprentissages plus concrets, et de tisser des liens avec la classe, soutient-elle.

C'est vraiment difficile de se concentrer à la maison. Il y a beaucoup plus de distractions.

Une citation de :Orfé, étudiante de cinquième secondaire

Par ailleurs, Orfé admettait que les élèves se retrouvent en dehors des classes, et qu'ils se regroupent lors des cours à la maison. Elle ne voyait donc pas l'avantage de limiter l'accès à la salle de classe.

Une jeune fille assise à une terrasse

Élève de cinquième secondaire, Orfé souhaite terminer son année avec ses collègues de classe.

Photo : Radio-Canada / John Sébastien Naïs

Une question de réussite et de santé mentale

Le psychologue Égide Royer croit également que pour des questions d'apprentissage, de réussite scolaire et de santé mentale, il est important pour ces élèves de terminer l'année scolaire en force et à temps plein.

Égide Royer croit également que l'encadrement sanitaire sera ainsi plus facile pour la santé publique.

Il serait probablement meilleur à l'école que de laisser des jeunes en plein mois de mai, quand il commence à faire beau, une journée sur deux à la maison.

Une citation de :Égide Royer, psychologue

Le psychologue rappelle qu'il ne reste que six semaines avant la fin de l'année scolaire, et il est convaincu que la majorité des élèves souhaitent également terminer leur année en classe.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !