•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle génération de fils de suture

Le nouveau fil de suture vu au microscope électronique à balayage.

Le nouveau fil de suture vu au microscope électronique à balayage (coupe transversale).

Photo : Université McGill/Zhenwei Ma

Radio-Canada

Un nouveau fil de suture créé par des scientifiques de l’Université McGill est entouré d’une gaine faite d’un gel glissant, mais résistant, qui permet de minimiser la friction avec les tissus voisins.

La structure de ce fil rappelle celle du tissu conjonctif mou d’un tendon.

Depuis des dizaines d’années, le personnel médical utilise le même type de fils de suture pour refermer les plaies et accélérer le processus naturel de cicatrisation. Mais les fibres résistantes de ces fils peuvent lacérer et abîmer les tissus mous déjà fragilisés, et créer parfois des complications, particulièrement après une chirurgie.

Ces fils rigides frottent les tissus mous environnants, auxquels ils ne sont pas adaptés, expliquent les chercheurs dans un communiqué publié par l’université montréalaise.

Pour pallier ce problème, l’ingénieur mécanique Zhenwei Ma et ses collègues ont mis au point le fil TGS (pour tough gel sheathed en anglais) en s’inspirant de la mécanique du tendon.

Nous nous sommes inspirés du corps humain, plus précisément de l’endoténon, une gaine à la fois forte et résistante grâce à sa double structure. L’endoténon relie les fibres de collagène entre elles et tire sa force de son réseau d’élastine.

Une citation de :Zhenwei Ma

En plus d’offrir une surface glissante qui réduit la friction avec les tissus environnants, l’endoténon procure au tendon lésé les matériaux nécessaires à la réparation tissulaire, ajoute l’ingénieur.

Dans les tests qu’ils ont réalisés, les chercheurs ont constaté que leur fil TGS provoquait moins de lésions que les fils classiques, puisque l’enveloppe de gel élimine presque totalement la friction.

Personnaliser le traitement des plaies

La création montréalaise ne s’arrête pas à réduire la friction, puisqu’elle permet aussi de libérer les médicaments dont le patient a besoin.

Cette technologie nous offre un outil polyvalent pour une prise en charge avancée des plaies. Nous croyons que ce type de fil pourrait libérer des médicaments, prévenir les infections et même permettre de surveiller la plaie par imagerie proche infrarouge, estime le Pr Jianyu Li, qui a supervisé ces travaux dont le détail est décrit dans la revue Science Advances (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Des chercheurs de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) du Québec ont également participé à ces travaux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !