•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 3 ans et demi pour rattraper l’arriéré de chirurgies en Ontario

Une salle d'opération vide.

L'arriéré des opérations chirurgicales non urgentes dépasserait les 300 000 en mai 2021, selon le BRF.

Photo : bande d'images Twenty20

Radio-Canada

Le nombre d'opérations non urgentes reportées à cause de la pandémie devrait atteindre 419 200 d’ici la fin septembre, selon le Bureau de la responsabilité financière de l'Ontario (BRF).

Le BRF estime que les hôpitaux mettront plus de trois ans et demi pour rattraper ces retards.

Selon le rapport indépendant publié lundi par l'organisation provinciale, le nombre d’interventions sur la liste d’attente augmente à un rythme de 11 152 par semaine. 

Le BRF souligne que les retards s’accumulent aussi du côté des procédures diagnostiques non urgentes. 

Le rapport fait état d’un arriéré de 51 990 procédures par semaine, pour un total qui devrait atteindre 2,5 millions de procédures sur la liste d’attente d’ici fin septembre. Cet arriéré devrait prendre plus de trois ans à rattraper. 

Pour arriver à ces estimations, le BRF a supposé que le rendement des hôpitaux s’élèverait de 11 % au-dessus des volumes d’avant la pandémie pour l’ensemble des interventions chirurgicales et de 18 % au-dessus des volumes d’avant la pandémie pour les procédures diagnostiques.

Graphique qui montre que l'arriéré des interventions chirurgicales augmente en Ontario depuis mars 2020 et devrait continuer de grimper au moins jusqu'en septembre.

Le rapport montre le cumul des interventions chirurgicales reportées en Ontario.

Photo : Bureau de la responsabilité financière

Pas assez d’argent pour rattraper les retards

Le BRF estime que l’Ontario devra dépenser 1,3 milliard de dollars pour rattraper les arriérés d’interventions chirurgicales et de procédures diagnostiques. 

Or, la province n’a prévu que 610 millions dans son dernier budget pour tenter de résorber les retards. Le BRF prévoit donc un manque à gagner d’environ 700 millions.

S'adressant aux journalistes à Queen's Park, la ministre de la Santé, Christine Elliott, a déclaré que toute personne dont la vie est en danger sera priorisée pour les procédures et se fera opérer.

Elle a fait remarquer que, malgré la pandémie, la majorité des hôpitaux de l'Ontario ont atteint leurs objectifs chirurgicaux l'an dernier, avec plus de 420 000 interventions complétées depuis que les hôpitaux ont reçu pour la première fois l'ordre d'arrêter les opérations non urgentes au printemps de l'année dernière.

De son côté, la cheffe de l'opposition officielle, Andrea Horwath, demande au gouvernement Ford de présenter un plan agressif. Doug Ford alloue moins de la moitié du financement nécessaire pour éliminer l'arriéré chirurgical, laissant des milliers et des milliers de personnes souffrir plus et plus longtemps. La douleur et l'anxiété qu'ils ressentent sont horribles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !