•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Gatinoise Myriam Lizotte au championnat de la NCAA de water-polo

Les Red Foxes du Collège Marist n'ont toujours pas perdu, alors qu'elles ont repris l'entraînement en mars seulement.

Un joueuse de Water Polo s'apprête à lancer le ballon au filet pendant un match.

La Gatinoise Myriam Lizotte va participer au championnat de la NCAA en water-polo avec le Marist College de Poughkeepsie, dans l'État de New York.

Photo : Gracieuseté de Myriam Lizotte / MAAC

Quand elle a marqué quatre buts en finale régionale face au Virginia Military Institute, la Gatinoise Myriam Lizotte savait qu’elle allait remporter le championnat de la Metro Atlantic Athletic Conference (MAAC). La jeune femme de 21 ans a mis la main sur son premier trophée avec le Collège Marist, avec une victoire de 13 à 10.

Du même coup, l'établissement a obtenu son billet pour les championnats nationaux avec les meilleures équipes des États-Unis.

C’est vraiment satisfaisant! C’est le fun. On savait qu’on pouvait battre ces équipes-là. C’est tellement satisfaisant de finalement gagner un championnat après tant d’années, c’est juste parfait, souligne la joueuse qui a ainsi remporté le premier championnat de la MAAC depuis 2010 pour l’établissement, situé à Poughkeepsie, dans l’État de New York.

La victoire est spectaculaire, mais le parcours l'est encore plus. Très soucieux du respect des mesures sanitaires, le Collège Marist n’a pas permis à ses équipes sportives, les Red Foxes, de s’entraîner avant très tard dans la saison. La formation de water-polo a repris l’entraînement en mars seulement, et la compétition à la mi-avril.

Des joueuses de Water Polo fêtent la victoire de leur championnat, banderole à la main, sur le bord de la piscine.

Les Red Foxes du Marist College ont remporté le championnat MAAC contre le Virginia Military Institute.

Photo : Gracieuseté de Myriam Lizotte / MAAC

C’est vraiment la saison la plus bizarre que j’ai eue. Certaines filles ont attendu un an avant de pouvoir rentrer dans l’eau.

Une citation de :Myriam Lizotte, joueuse des Red Foxes

Nous n’avons eu que huit rencontres, alors que toutes les équipes avaient joué au moins 15 ou 20 matchs. On a vraiment été désavantagées. Cette année, on n'avait juste rien à perdre. On voulait montrer que même sans entraînement, on était capables de les battre. Ça démontre à quel point on est forte comme équipe, explique Myriam Lizotte, qui s’est entraînée avec l’équipe nationale l’automne dernier et fait partie du bassin d’espoirs pour les Jeux olympiques de 2024.

Gagner un match au Championnat de la NCAA

Myriam Lizotte et ses coéquipières auront un défi à leur portée en début de tournoi de la National Collegiate Athletic Association (NCAA) à Los Angeles, mercredi. Classées 21e aux États-Unis, elles feront face aux Tigers de Salem, un établissement de la Virginie qui pointe au 25e rang national.

On ne les connaît pas beaucoup, parce qu’on n'a jamais joué contre elles. Mais l’équipe est remplie d’internationaux. Il y a des joueuses d’Australie, de l’Italie, de partout et elles ont l’air fortes. Mais j’ai confiance en mon équipe. Je pense qu’on est capables de les battre, dit Myriam Lizotte, rayonnante de confiance.

En cas de victoire toutefois, les choses vont se corser. La Gatinoise et son équipe feraient face à la meilleure équipe du pays, les Trojans de l’Université South California. Puissance du water-polo universitaire, les joueuses de l’Université South California ont une fiche de 19 victoires et une seule défaite, cette saison.

Une joueuse de water-polo prend un tir pendant une rencontre internationale.

La joueuse de USC, Maud Megens, s'aligne également avec l'équipe nationale des Pays-Bas en water-polo.

Photo : Associated Press / Manu Fernandez

Il y a des filles dans cette équipe qui vont aller aux Jeux olympiques l’été prochain. Maud Megens, des Pays-Bas, est une athlète incroyable. Juste le fait de pouvoir jouer contre elle, ce serait wow, poursuit Myriam Lizotte, qui ne se fait pas d’illusions sur les chances de sa petite école sur la scène nationale. Qu’on se soit classés et qu’on joue avec toutes ces grosses écoles-là, c’est déjà un exploit pour notre école. Il faudra surtout profiter du moment, précise la joueuse, qui compte prendre un match à la fois.

Myriam Lizotte fera le plein d’expérience là-bas, alors qu’elle figure sur la longue liste des athlètes remplaçantes pour l’équipe nationale en vue des Jeux olympiques de Tokyo.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !