•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le sud-est de la Saskatchewan aux prises avec une sécheresse extrême, selon un expert

Un champ subissant la sécheresse du printemps 2021 près de Regina, en Saskatchewan.

La région de la ceinture céréalière serait particulièrement touchée. (archives)

Photo : Radio-Canada / Rob Kruk

Radio-Canada

Le sud-est de la Saskatchewan fait face à une sécheresse extrême, notamment sa partie céréalière, décrite comme étant dans une « situation grave », selon l’expert en ressources hydriques de l’Université de la Saskatchewan John Pomoroy. Ce dernier s'appuie sur des constats d’Agriculture Canada.

Quatre-vingt-treize pour cent de la partie agricole des Prairies est actuellement en situation de sécheresse. C'est assez grave, explique John Pomoroy.

Selon lui, cette situation est causée par la chute de neige précoce au mois de novembre.

Plutôt que de fondre directement dans le sol, la neige se serait dispersée dans l’atmosphère pendant les tempêtes.

Les ressources en eau dont nous disposons sont toujours limitées, nous devons donc les gérer très soigneusement, affirme l’expert.

Même s’il avoue qu’une telle sécheresse dans les années 1930 aurait été une véritable catastrophe pour l’industrie agricole, ce qui n'est pas le cas maintenant, il souhaite quand même voir des installations de conservation d’eau dans la région.

Le président de l'Association des producteurs agricoles de la Saskatchewan (APAS), Todd Lewis, affirme que sa ferme n’a jamais connu une telle sécheresse depuis les années 1980. Même si les pratiques agricoles ont évolué et que les techniques de conservation d’eau se sont améliorées, la différence est bien visible.

Nous gérons mieux notre eau, mais nous ne pouvons toujours pas remplacer cela par de la pluie, affirme l’agriculteur.

Il espère que les mois de mai et de juin apporteront un peu de pluie aux producteurs saskatchewanais qui souffrent de ce manque d’eau.

Michel Lepage et Paul Houndjet, deux agriculteurs, entretiennent le même espoir. 

On s’encourage l'un et l'autre en espérant que les choses vont s'améliorer, affirme Michel Lepage. On va finir par avoir de la pluie.

Un agriculteur biologique de Ponteix, Henri Stringer, ressent déjà l’impact auprès du marché européen, son plus gros acheteur.

Pour l'agriculteur habitué à l’aridité des sols que peut connaître la Saskatchewan, les pertes que pourrait causer la sécheresse de 2021 s’ajoutent aux déficits liés à la pandémie.

C'est une sécheresse exceptionnelle. Cela va se répercuter sur l'économie, c'est sûr! , s’exclame Henri Stringer, qui ajoute que le phénomène se manifeste également au Manitoba.

Le temps est encore plus sec au Manitoba qu’en Saskatchewan, explique-t-il.

La sécheresse n'inquiète pas que les producteurs agricoles. Avec la saison des feux de forêt qui approche, les services de lutte contre les incendies sont également sur le qui-vive.

Le chef adjoint du Service d’incendie de Saskatoon, Mike Ralson, dit que la saison a commencé plus tôt que prévu cette année. Récemment, un feu de broussailles à l'extérieur de la ville a nécessité l’intervention d’un autre service d’incendie.

La sécheresse contribue grandement à la propagation d'incendies, explique-t-il.

À Regina, le passage d’un train aurait aussi provoqué un feu de broussailles, au début du mois de mai, au nord de la ville. Les autorités réginoises enquêtent sur l’incident et sur deux autres feux de broussailles.

Environnement Canada prévoit 10 millimètres de pluie à Regina et Saskatoon samedi et dimanche prochains.

Au cours de la fin de semaine qui vient de se terminer, les régions du sud-ouest, comme Maple Creek et Val Marie, ont reçu entre 13 et 17 millimètres de pluie. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !