•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chute des nouvelles infections de COVID-19 en Estrie

Une travailleuse de la santé récolte un échantillon de la narine d'un jeune homme pour un test de dépistage de la COVID-19, le 28 avril 2021, à l'aéroport de Bruxelles, en Belgique.

La région a un bilan beaucoup plus positif avec 43 nouvelles infections.

Photo : Reuters / Yves Herman

Radio-Canada

Alors que la région vient tout juste de passer au palier rouge, le nombre de nouveaux cas chute radicalement par rapport aux derniers jours. La santé publique de l’Estrie recense 43 nouvelles infections à la COVID-19, alors que le dernier bilan s'élevait à 77.

Le nombre de cas actifs a lui aussi chuté depuis les dernières 24 heures, passant de 553 à 512.

Encore une fois, les secteurs les plus touchés sont Sherbrooke (+11) et le Granit (+15). À elles seules, ces régions représentent 60,5 % des nouveaux cas en Estrie.

Une personne est morte des conséquences de la maladie dans la communauté, ce qui porte le bilan total de décès depuis le début de la pandémie à 335.

Selon les données publiées par la santé publique, 40 personnes sont actuellement traitées pour la COVID-19 en centre hospitalier dans la région, dont 5 aux soins intensifs. Ça représente une hospitalisation de plus que la veille.

Une attente importante au centre de dépistage

Les cas de variants se chiffrent toujours à 82 en Estrie, soit 80 du variant britannique et 2 du variant brésilien. Lundi matin, le directeur régional de la santé publique, le Dr Alain Poirier, affirmait d’ailleurs que le nombre de cas de variants avait grandement contribué au passage de la région en zone rouge.

La présence de ces variants cause également des files d'attente beaucoup plus longues au centre de dépistage.

Avec le variant, notre recommandation au contact est plus fréquemment d'aller faire un dépistage. Alors, on a baissé jusqu'à 600, 800 dépistages en Estrie, et récemment, on a remonté à 2000, souligne-t-il.

Longue file d'attente devant le centre de dépistage de la COVID-19 à Sherbrooke.

La file d'attente pour le dépistage était très longue, lundi matin, à Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / John Sébastien Naïs

Avec la région au palier rouge, il rappelle que le risque de contagion est beaucoup plus grand et qu'il est primordial de se faire dépister au moindre soupçon de contamination.

Si on a des symptômes, on y va. Et même si personne ne vous a appelé, mais que vous savez qu'il y a eu une éclosion à un endroit où vous êtes allé, ou dans votre famille, c'est une bonne pratique de vous faire dépister.

Une citation de :Le Dr Alain Poirier, directeur de la santé publique en Estrie

Le Dr Poirier souligne par ailleurs qu'il faut maintenant moins de 24 heures pour obtenir un résultat.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !