•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : 60 % des patients hospitalisés présentent au moins un symptôme après 6 mois

Une femme fatiguée devant un ordinateur.

Si les hommes sont plus à risque de faire des formes graves, les femmes semblent plus à risque de souffrir de symptômes persistants dans la durée.

Photo : iStock

Agence France-Presse

Pas moins de 60 % des patients hospitalisés en raison de la COVID-19 « sont toujours affectés par au moins un symptôme six mois après infection », le plus souvent de la fatigue, des douleurs ou du mal à respirer, montre une étude française publiée lundi dans la revue Clinical Microbiology and Infection.

Un quart d'entre eux présentent trois symptômes ou plus et 2 % ont même dû être hospitalisés à nouveau, concluent ces travaux de l'INSERM, menés sur une cohorte de 1137 patients constituée pour suivre les malades de la COVID-19 après leur hospitalisation.

Une sensation importante de fatigue, des gênes respiratoires et des douleurs musculaires et articulaires comptaient parmi les manifestations cliniques persistantes les plus fréquemment rapportées lors des visites de suivi à trois et six mois après l'hospitalisation pour la COVID-19.

Les chercheurs ont observé une corrélation entre la sévérité initiale de la maladie et la persistance à long terme de symptômes. En effet, la persistance d'au moins trois symptômes six mois après l'infection est plus fréquente chez les personnes dont la COVID-19 a nécessité un séjour en réanimation par rapport à ceux qui ont été hospitalisés dans un service de médecine et chez les patients les plus symptomatiques le jour de l'admission à l'hôpital.

Ils montrent aussi que si les hommes sont plus à risque de faire des formes graves, les femmes semblent plus à risque de souffrir de symptômes persistants dans la durée.

L'étude souligne enfin que ces formes de COVID-19 de longue durée ont parfois aussi des conséquences plus larges, au niveau économique et social. Ainsi, parmi les patients qui rapportent des symptômes à six mois et qui exerçaient une activité professionnelle lorsqu'ils ont été infectés, un tiers n'est pas retourné travailler.

Ces résultats rejoignent ceux de plusieurs études menées dans d'autres pays ces derniers mois.

Les symptômes persistants après une infection par le SRAS-CoV-2 touchent un cas de la COVID-19 avec des symptômes sur dix, selon certaines estimations, y compris des personnes non hospitalisées qui ont fait une forme légère ou modérée de la maladie. Les mécanismes en jeu sont encore mal connus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !