•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La réfection des routes bordant le lac Saint-Mathieu fait réagir à Saint-Mathieu-de-Rioux

Une île au centre d'un lac bordé de résidences.

Le lac Saint-Mathieu, vu depuis le sommet du centre de ski de Saint-Mathieu-de-Rioux (archives)

Photo : Radio-Canada / Laurie Dufresne

Radio-Canada

À Saint-Mathieu de Rioux, le projet de réfection de quatre chemins bordant le lac Saint-Mathieu suscite de nombreuses réactions dans la communauté.

Le conseil municipal souhaite faire un emprunt de 2,6 millions de dollars pour effectuer des travaux sur le chemin du Lac-Nord, le chemin de la Tête-du-Lac, le chemin Dionne et le chemin du Boisé. Cette somme vise à construire une sous-fondation sur ces quatre chemins en vue d'y installer de l'asphalte dans le cadre d'un prochain projet.

Le maire de Saint-Mathieu-de-Rioux, Roger Martin, affirme que ces travaux sont essentiels, puisqu’au printemps, les routes du secteur sont comparables à un champ de mines, selon lui.

C’est une demande qui vient des citoyens depuis plusieurs années, dit-il.

Pour rembourser l’emprunt de 2,6 millions de dollars en 35 ans, la municipalité souhaite imposer une taxe de 345,30 $ par année aux résidents des secteurs touchés et une taxe de 21,68 $ par année au reste de la population.

Le maire de Saint-Mathieu-de-Rioux indique que le choix d'utiliser une taxe sectorielle a été fait à la suite de discussions avec les citoyens.

Roger Martin est photographié dehors, avec un micro de Radio-Canada devant lui.

Roger Martin est maire de Saint-Mathieu-de-Rioux (archives).

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

C’est clair que l’ensemble de la population ne voulait pas payer pour une route dans un secteur donné.

Une citation de :Roger Martin, maire de Saint-Mathieu-de-Rioux

Le maire souligne que la municipalité avait eu recours à une taxe sectorielle similaire lors de la construction du réseau d'aqueduc et d'égout dans le village.

Certains citoyens considèrent toutefois qu’il est inéquitable de procéder de la même façon pour le projet proposé. Cet argument ne tient pas la route, il n’est pas pertinent, croit Camille Hudon, propriétaire d'une résidence secondaire dans un secteur touché par la taxe de 345,30 $.

Un chemin, tout le monde doit y passer. Moi, quand je vais au village, je ne vais pas utiliser les cabinets des résidents qui y sont. Si on veut être équitable, les coûts doivent être répartis sur l’ensemble de la municipalité, ajoute-t-il.

Jusqu’au 13 mai, les résidents des secteurs touchés par les travaux proposés peuvent signer un registre pour demander la tenue d'un référendum sur la question.

Une subvention pour régler la question?

En lien avec ce projet, la Municipalité de Saint-Mathieu-de-Rioux a déposé une demande de subvention auprès du ministère des Transports du Québec. Une réponse favorable lui éviterait de faire cet emprunt de 2,6 millions de dollars.

Quand on a entrepris le processus de règlement d’emprunt pour la sous-fondation, il n’y avait pas de programme de subvention, explique le maire Martin. En cours de route, il y a eu un nouveau programme, alors on a fait la demande. Si on a une réponse positive, ça change la donne. 

Cette demande a été déposée dans le cadre du volet Soutien du Programme d'aide à la voirie locale du ministère des Transports. Le maire de Saint-Mathieu-de-Rioux espère obtenir une réponse dans les prochaines semaines.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !