•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Trifluvien de 14 ans serait le plus jeune vacciné contre la COVID-19 au Québec

Steven Bilodeau avec un masque, qui se fait vacciner.

Steven Bilodeau, 14 ans, a reçu son vaccin contre la COVID-19 le 7 mai 2021.

Photo : Facebook/Steven Bilodeau

Radio-Canada

À 14 ans, Steven Bilodeau serait le plus jeune vacciné de la COVID-19 au Québec. Le Trifluvien, qui a reçu un diagnostic de troubles d'anxiété et obsessionnel-compulsif et qui souffre aussi d'asthme et d’hypertension, espère ainsi retrouver une vie plus normale.

Son médecin lui a écrit un billet recommandant qu’il obtienne le vaccin en priorité. L’adolescent a tout de même dû faire valoir son point une fois rendu au centre de vaccination, et il a réussi. Il a été vacciné le 7 mai.

Je ne voulais pas enlever la place à [...] un aîné, je milite pour les aînés depuis un an et demi, je ne voulais pas enlever la place à un travailleur de la santé, indique celui qui a mis sur pied une ligne téléphonique, Solid'aîné, pour briser la solitude des aînés en temps de pandémie.

Même s’il sait qu’il est moins à risque que les gens atteints de maladie chronique, il juge que ceux qui sont atteints de problèmes de santé mentale doivent aussi être prioritaires.

Depuis le début de la pandémie, Steven Bilodeau a vécu des crises de panique et d'anxiété; il n'arrivait pas à se rendre à l'école avec moins de trois masques; il ressentait souvent le besoin de laver ses mains plus d'une fois et il avait du mal à sortir de chez lui.

Le jeune Trifluvien s’est décidé à faire la demande quand la vaccination a été ouverte aux 16 ans et plus souffrant d’une maladie chronique ou d'un problème de santé augmentant le risque de complications. J’y ai vu un peu d’injustice, comme si nous, les jeunes, on était oubliés là-dedans, a-t-il déclaré en entrevue à l’émission Toujours le matin.

Les jeunes de 12 à 17 ans pourraient être vaccinés d'ici la fin des classes, mais Steve Bilodeau voulait recevoir sa première dose le plus tôt possible pour être en mesure de faire ses examens de fin d'année dans les meilleures dispositions possibles, malgré les troubles avec lesquels il vit.

Depuis qu’il a reçu le vaccin, Steven Bilodeau dort mieux et a amélioré sa qualité de vie. Ça donne un coup de pouce avec la santé mentale, l’anxiété, de savoir qu’on a quelque chose en nous qui nous protège, [...] ça a un effet positif. L’adolescent affirme que le vaccin est la clé pour un retour à une vie normale.

Les autorités régionales de la santé affirment ne pas être au courant d’autres cas de jeunes de moins de 16 ans qui auraient reçu le vaccin en Mauricie et au Centre-du-Québec sans répondre aux critères établis. Ça semble être une situation isolée, a indiqué une porte-parole du CIUSSS MCQ.

Les jeunes de moins de 18 ans qui travaillent dans les camps de jour ou les camps de vacances peuvent aller se faire vacciner dès maintenant avec une preuve d'emploi.

Appel aux jeunes

Steven Bilodeau invite tous les jeunes à se faire vacciner quand leur tour viendra. Malgré qu’on n’est pas à risque d’avoir des complications, on [les jeunes] est un bon vecteur de transmission, souligne-t-il en indiquant qu'il s'agit d'un devoir de citoyen, selon lui.

Ça prend même pas 15 minutes, je n’ai rien senti, raconte celui qui n’a jamais aimé les vaccins. Il ajoute avoir ressenti de la fatigue et un mal à la tête, mais il trouve que ça en vaut la peine. La COVID, c’est bien plus pire et peut-être tu peux sauver plusieurs personnes autour de toi, donc c’est un léger désavantage comparé à tous les avantages.

Le Trifluvien croit que le gouvernement devrait faire une vidéo pour mieux expliquer le vaccin aux jeunes.

Steven Bilodeau a tenu à préciser que contrairement à ce que certains ont écrit sur les médias sociaux, il n’a pas été payé par le gouvernement pour se faire vacciner.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !