•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nord-Ouest passe en phase jaune, le Sud-Est source d'inquiétudes

La médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, la Dre Jennifer Russell, lors d'un point de presse le 8 avril 2021.

La docteure Jennifer Russell, médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick (archives).

Photo : Gouvernement du Nouveau-Brunswick

Le nord-ouest du Nouveau-Brunswick est arrivé à maitriser les récentes éclosions de COVID-19 et la région repasse en phase jaune. Pendant ce temps, la santé publique tourne son attention vers la région de Moncton, où des chaines de transmission inquiètent.


Enfin du jaune pour Edmundston

La grande région d'Edmundston passera en phase jaune, à minuit dans la nuit de lundi à mardi. Ce changement de phase s'applique à toutes les communautés du Nord-Ouest qui étaient touchées par les restrictions de la phase orange.

Les nouvelles mesures concernent donc les régions suivantes : Edmundston, le Haut-Madawaska, Saint-Léonard, Grand-Sault, Drummond, New Denmark et Four Falls.

Nous n'avons pas vu de cas de transmission communautaire depuis plusieurs jours, a affirmé la médecin hygiéniste en chef Jennifer Russell, lundi lors d'un point de presse.

Rappel de quelques règles en phase jaune :

  • contacts sociaux permis avec les membres de votre ménage et 15 autres personnes (ces personnes doivent être les mêmes pour tous les membres du ménage) ;
  • déplacements permis entre les autres régions du Nouveau-Brunswick en phase jaune ;
  • rassemblements officiels permis à l'extérieur (maximum de 50 personnes avec distanciation) ;
  • les équipes sportives peuvent reprendre les activités dans leur ligue ;
  • le masque est obligatoire dans les lieux publics.

Moncton inquiète la santé publique

La Dre Jennifer Russell a partagé ses inquiétudes concernant l'évolution de la situation dans la région de Moncton.

Elle explique que deux chaines de transmission ont été identifiées ces derniers jours et que la santé publique n'est pas en mesure d'identifier la source de ces cas, pour le moment.

Les deux chaines ont des cas d'exposition publique qui sont associés, et avec les variants c'est inquiétant, car on ne trouve pas le cas [initial] d'où ça vient à l'extérieur de la province, explique-t-elle.

On va essayer de trouver l'endroit où les cas ont été exposés à la COVID-19, mais en attendant ça nous inquiète, car ça veut dire qu'il y a possibilité de transmission communautaire.

Une citation de :Dre Jennifer Russell, médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick

La Dre Russell ajoute qu'elle a des craintes que les cas vont augmenter dans la région.

Des lieux d’exposition possible au virus ont aussi été annoncés à Moncton et dans plusieurs régions du Nouveau-Brunswick. Consultez la liste complète de ces lieux. (Nouvelle fenêtre)

Une enseigne pointant l'entrée de l'urgence et le bâtiment de l'hôpital.

Un avis d'exposition a notamment été émis pour le service d'urgences du Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont les 6 et 7 mai (archives).

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc


Les 40 ans et plus peuvent se faire vacciner

Lundi, le gouvernement provincial a ouvert la vaccination à tous les Néo-Brunswickois âgés de 40 ans et plus.

Les personnes de ce groupe d'âge peuvent maintenant prendre rendez-vous dans une pharmacie (Nouvelle fenêtre), sur le site du gouvernement provincial (Nouvelle fenêtre) ou par téléphone au 1-833-437-1424.


11 nouveaux malades lundi

La santé publique signale 11 nouveaux cas de COVID-19, lundi.

Cinq de ces personnes se trouvent au Nouveau-Brunswick et les six autres concernent des Néo-Brunswickois qui ont contracté le virus à l'extérieur de la province et qui s'isolent dans une autre province.

Les cas de Néo-Brunswickois qui contractent la COVID-19 à l'extérieur de la province sont comptabilisés dans leur région d'origine.

Au total, 149 Néo-Brunswickois sont actuellement malade en raison de la COVID-19. Onze d'entre eux sont hospitalisés, dont trois aux soins intensifs. Quatre de ces personnes sont hospitalisées à l'extérieur du Nouveau-Brunswick.


De la transmission par surface contaminée

La médecin hygiéniste en chef confirme que des cas de transmission de la COVID-19 par des surfaces contaminées ont été observés dans la région de Fredericton.

Elle rappelle que le virus responsable de la COVID-19 se transmet aussi par le contact avec des surfaces contaminées et qu’il faut toujours se laver soigneusement les mains et désinfecter les surfaces fréquemment touchées pour réduire ce risque de contagion.

Une employée, les mains protégées par des gants bleus, applique du désinfectant sur les poignées d'une machine d'exercice dans une salle de sport.

La santé publique recommande de redoubler de précautions à cause de la présence des variants du coronavirus (archives).

Photo : iStock / Neptune Stocks

Les [variants] sont de 30 % à 70 % plus contagieux et comme on l’a vu dans la zone 3, il y avait de la transmission avec les surfaces contaminées. Alors, c’est ce qu’on veut éviter dans toute la province parce qu’il y a différents variants dans tous les endroits de la province, a expliqué Jennifer Russell.

Elle précise que les variants détectés pour la première fois au Brésil, au Royaume-Uni, en Afrique du Sud et en Inde sont présents dans la province.

C’est d’ailleurs le variant qui est apparu en Afrique du Sud qui sévit à l’heure actuelle dans le foyer de soins spéciaux Pavillon Beau-Lieu, à Grand-Sault, précise la Dre Russell. Trente-huit résidents et 15 employés ont contracté la COVID-19 dans cet établissement et cinq résidents en sont morts ces derniers jours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !