•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il n’est plus possible de déménager en Nouvelle-Écosse, pour l’instant

Une femme scelle une boîte de déménagement.

Déménager en Nouvelle-Écosse n'est plus permis jusqu'à nouvel ordre (archives).

Photo : iStock

Radio-Canada

À compter de lundi, les personnes qui comptaient déménager en Nouvelle-Écosse devront prendre leur mal en patience. Leur entrée dans la province est suspendue en raison de nouvelles règles pour freiner la propagation de la COVID-19.

Mise à jour :

La Nouvelle-Écosse a réajusté le tir, lundi après-midi, concernant les nouvelles restrictions aux frontières. La province permet finalement certaines exceptions, notamment pour les déménagements planifiés depuis le 21 avril ou avant. Consultez la mise à jour ici.

Andrew Turner et sa femme, Karen MacRae, ne savent plus quoi faire. Ils ignorent s’ils pourront déménager en Nouvelle-Écosse à la fin du mois comme prévu. Le couple de Huntsville, en Ontario, voulait se rapprocher de la famille d’Andrew, qui habite près d’Halifax.

Andrew Turner et sa femme, Karen MacRae.

Andrew Turner et sa femme, Karen MacRae, veulent déménager de Huntsville, en Ontario, vers Halifax, en Nouvelle-Écosse.

Photo : Gracieuseté Andrew Turner

Mais la santé publique a annoncé vendredi des mesures strictes liées à la COVID-19. Parmi celles-ci, il est désormais interdit à quiconque veut déménager dans la province d’y venir pour le moment, et cela même si les déplacements avait déjà été préapprouvés.

Si vous avez acheté une maison et déménagez ici, vous devrez attendre, a indiqué le premier ministre Iain Rankin vendredi.

La famille d’Andrew Turner se croise les doigts, le déménagement étant prévu pour la fin du mois. Ses membres espèrent que les déménagements feront alors partie d’exemptions autorisées par le gouvernement.

Pouvez-vous imaginer arriver avec votre famille, votre voiture et qu’ils nous disent : "Non, vous ne pouvez pas entrer". Vous vous dites : "Qu’est-ce que je vais faire"? Comme nous n’avons littéralement aucun endroit où aller, se désespère Andrew Turner.

Il pense qu’il pourra possiblement venir, puisque l’achat de la maison en Nouvelle-Écosse remonte au 1er mars, mais il n’est pas certain.

Nous avons besoin de clarté et je pense que c’est ce que tout le monde veut. Des indications claires et définitives pour aller du point A au point B, dit M. Turner.

Sarah Cowans est aussi inquiète. Elle et sa famille doivent déménager d’Oakville, en Ontario, et s’installer dans la région d’Halifax. Elle n’aura plus accès à sa maison le 1er juin et ignore où elle ira.

Je suis fâchée. J’étais très frustrée [vendredi] de savoir que je me ferais retourner de bord ou que j’aurais besoin de faire une quarantaine à l’hôtel, c’était pas mal un coup de poing au ventre, dit-elle.

Sarah Cowans et son mari.

Sarah Cowans et son mari veulent éviter d'avoir à s'isoler deux semaines dans un hôtel.

Photo : Gracieuseté Sarah Cowans

Comme elle voyagera avec ses deux enfants et ses deux chiens, elle ne sait pas comment elle pourrait passer deux semaines dans un hôtel.

La Nouvelle-Écosse n’a pas fourni d’indications sur de possibles exceptions pour les personnes qui déménagent avant la fin du mois de mai.

Vendredi, la province a annoncé que les seules personnes autorisées à venir dans la province sont les suivantes: 

  • les résidents permanents qui reviennent dans la province;

  • les personnes qui travaillent à l'extérieur de la province;

  • les étudiants qui reviennent dans la province ou qui arrivent pour les études (ils doivent se déplacer sans leurs parents);

  • les personnes qui se déplacent pour la garde d'enfants;

  • les personnes qui sont exemptées des exigences d'isolement (les camionneurs, les premiers répondants et les personnes qui ont besoin de services de santé essentiels).

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !