•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les citoyens de Toronto se démènent pour trouver des vaccins

Des gens sur un trottoir

Des gens qui espéraient se faire vacciner contre la COVID-19 font la queue devant l'une des nombreuses cliniques éphémères ouvertes dimanche dans la région du Grand Toronto.

Photo : Radio-Canada / CBC News

Radio-Canada

Une chasse au trésor bien particulière s'est déroulée dans la région du Grand Toronto ce week-end : la recherche de vaccins contre la COVID-19.

Samedi et dimanche, des files d'attente se sont formées à l'extérieur de diverses cliniques éphémères. Les citoyens ont graduellement appris par les médias sociaux ou le bouche-à-oreille que des vaccins étaient disponibles. Ils se sont ensuite précipités pour espérer recevoir leur première dose.

La province a discrètement annoncé vendredi que 140 pharmacies offriraient une dose à tous les adultes dans certains points chauds de l'Ontario.

La province a aussi confirmé que les gens qui s’y feront vacciner n’auraient pas à présenter de preuve de résidence et que seul l’âge serait vérifié.

En plus de la vaccination en pharmacie, des organisations à but non lucratif comme Vaccine Hunters Canada ont compilé des informations sur l'emplacement de cliniques éphémères et les ont partagées en ligne. 

C'est grâce à des bénévoles comme ceux-là que les gens peuvent s’informer, a déclaré le Dr Andrew Boozary, médecin de Toronto et directeur exécutif du programme de médecine sociale du United Health Network.

Le portrait d'un homme

Le Dr Andrew Boozary affirme que la stratégie dans le Grand Toronto doit tenir compte de ceux qui n'ont pas accès aux médias sociaux.

Photo : Radio-Canada / CBC News

Or, l'utilisation des médias sociaux comme principal moyen de communication d'informations importantes sur les vaccins pose problème, selon lui.

Nous savons que nous avons besoin d'une approche systémique plus complète, car plusieurs personnes ne sont pas sur les médias sociaux. Ils ont manifestement d'autres obstacles dans leur vie quant à la façon de se faire vacciner, a déclaré le Dr Boozary.

À l'avenir, il sera essentiel de veiller à ce que le message parvienne aux personnes qui ont le plus besoin d'être vaccinées, notamment les habitants des quartiers à haut risque, selon lui.

C'est l'un des défis auxquels nous sommes toujours confrontés du point de vue de l'équité, a déclaré le Dr Boozary. 

[Nous devons nous assurer] qu'il existe toute une série de moyens pour que le message passe et que nous aidions les personnes qui ont besoin du vaccin.

Plusieurs utilisateurs de TikTok se sont moqués des scènes où l'on voit des gens se ruer vers les différentes cliniques éphémères. 

D'autres ont parlé du déploiement de la vaccination au Canada dans son ensemble. 

Un DJ s'est même installé dans un petit kiosque d'une clinique pop-up à North York dans l'espoir de divertir les personnes faisant la queue.

Un DJ dans une tente verte

Un DJ a offert une performance aux gens qui attendaient de se faire vacciner devant une clinique gérée par la Jamaican Canadian Association, dimanche.

Photo : Radio-Canada / Talia Ricci/CBC News

Le Dr Boozary a déclaré que c'était une bonne chose que les gens fassent preuve d'urgence lorsqu'il s'agit de se faire vacciner.

C'est formidable de voir des gens sortir pour se faire vacciner... et des gens prêts à traverser toute la ville en voiture pour faire ce qu'ils peuvent pour se protéger et protéger leurs proches, a-t-il déclaré.

La ministre fédérale de la Santé, Patty Hajdu, s'est entretenue avec Rosemary Barton, correspondante politique en chef de CBC, dimanche, et a exhorté tous les Canadiens à se faire vacciner dès qu'ils sont admissibles - et en mesure de le faire. 

Nous ne cessons de répéter que lorsque c'est votre tour, faites-vous vacciner, a-t-elle déclaré. 

Mme Hajdu a ajouté qu'il n'y a clairement pas de solution miracle à la pandémie et que seuls les citoyens peuvent s’assurer d’éviter une éventuelle quatrième vague.

Nous pouvons voir la ligne d'arrivée, c'est certain, mais cela ne signifie pas que le dur labeur se termine aujourd'hui, ou dans deux mois, a déclaré Mme Hajdu. 

Nous avons cet outil puissant que sont les vaccinations, mais nous devons tous travailler ensemble.

Avec les informations de CBC News

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !