•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour à l’école en personne pour les élèves du primaire en Outaouais

Des élèves arrivent à l'entrée d'une école, une brigadière assure la circulation.

Les élèves du primaire retournent en classe lundi en Outaouais.

Photo : Radio-Canada / Stéphane Leclerc

Radio-Canada

Les élèves du primaire retournent en classe ce lundi, en Outaouais. Les enseignants de la région s'en réjouissent.

Les élèves du primaire de Gatineau et de la MRC des Collines-de-l'Outaouais devaient suivre leurs cours à distance depuis le 1er avril. C’était aussi le cas pour le reste de la région depuis le 15 avril.

C’est toujours plus facile, l’enseignement, quand on a nos élèves avec nous dans une classe. C’est plus facile de les aider, de voir leur cheminement, a dit, en entrevue, la présidente du Syndicat de l'enseignement de l'Outaouais (SEO), Suzanne Tremblay.

Plus ils sont jeunes, plus c'est difficile de les garder attentifs longtemps en ligne, a-t-elle ajouté en notant qu’une baisse de motivation a pu être constatée chez certains élèves plus vieux, également.

Elle a soutenu que ce retour à une formule en personne est le bienvenu à l’approche de la fin de l’année scolaire.

De son côté, la directrice générale adjointe du Centre de services scolaire des Portages-de-l’Outaouais, Nathalie Bédard, a souligné que, en plus d’un an de pandémie, les mesures sanitaires sont bien implantées.

« Ce n’est pas une si grande réorganisation que ça [outre] le fait qu'il y a un petit peu plus de mesures », a-t-elle poursuivi. Le port du masque est obligatoire pour les élèves, en tout temps.

Il y a beaucoup [d’éléments] connus et c'est ça qui, je pense, va faciliter cette rentrée- là.

Une citation de :Nathalie Bédard, directrice générale adjointe du Centre de services scolaire des Portages-de-l’Outaouais

Des dizaines de milliers d'élèves

Si l’on tient compte du Centre de services scolaire des Portages-de-l’Outaouais seulement, ce sont environ 12 000 élèves du primaire qui reprendront le chemin des classes.

Pour le Centre de services scolaires des Draveurs, on parle d’approximativement 11 200 élèves. La directrice générale, Manon Dufour a souligné, en entrevue, que les consignes seront rappelées aux enfants à leur arrivée.

Je pense qu'on a toujours des inquiétudes quand il y a un virus comme ça qui est aussi virulent, a-t-elle ajouté. Elle a mentionné que les élèves qui seraient anxieux d’un retour en classe seront accompagnés par le personnel, dans ces cas particuliers.

Nos intervenants sont très bons pour déceler, pour accompagner, pour soutenir les élèves, a-t-elle dit.

Par ailleurs, c’est aussi lundi qu’entre en vigueur l’assouplissement de mesures spéciales d’urgence dans les MRC de la Vallée-de-la-Gatineau et de Papineau, qui passeront en zone rouge. Les élèves du secondaire retourneront donc, eux aussi à l’école, à temps plein pour le secondaire 1 et 2 et en alternance pour les autres élèves.

Des parents excités et inquiets

En ce qui a trait aux parents, certains ont confié à ICI Ottawa-Gatineau que ce retour en classe les rend à la fois heureux et inquiets. Luc Muller espère que les élèves seront en mesure de terminer l’année scolaire aux côtés de leurs amis et en suivant leurs cours en présentiel.

Ils ont besoin de contacts [sociaux] et d’avoir un professeur devant eux. Ils ont besoin de se lever, d’aller au bureau. À la maison, ce n’est pas pareil. C’est une balance, a admis le père qui a tout de même aimé ce mois à la maison en famille.

Quant à Vanessa Leal, elle a avoué être très heureuse de ce retour en classe. Le dernier mois a été tout un défi pour cette mère de famille qui doit aussi conjuguer vie professionnelle et études. Ne pas voir d’amis, pas de rassemblement, juste des cours en ligne, ce n’est pas bon, mais c’est comme ça, a mentionné celle qui n’est pas inquiète du retour en classe, sachant que ses enfants vont porter le masque et se laver les mains fréquemment.

Mère de deux filles, Marie-Pier Caron a avoué que ça va faire du bien pour tout le monde. L’une de ses filles, Lexie Boisvert, n’a pas aimé suivre ses cours virtuellement loin de ses amis. Au début, c’était correct, mais après j’étais pas mal tannée. J’ai hâte de revoir toute ma classe et ma professeure, a dit la jeune fille.

Avec les informations de Rémi Authier et d'Emmanuelle Poisson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !