•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le passage à l'enseignement à distance sera-t-il évité en Estrie?

Une adolescente porte un masque de protection au visage et suit sur son ordinateur un cours en ligne à la maison.

Les élèves du deuxième cycle du secondaire pourraient devoir faire l'enseignement à distance un jour sur deux dès mercredi.

Photo : damircudic

Radio-Canada

Les élèves de la 3e à la 5e secondaire doivent normalement se tourner vers l'enseignement à distance un jour sur deux dès mercredi en raison du passage en zone rouge.

Le directeur de la santé publique en Estrie, Alain Poirier, qui n'est pas en faveur de l'alternance, tentera de convaincre Québec d'exempter l'Estrie de cette mesure. C'est lors d'une rencontre avec la santé publique du Québec dimanche soir que les discussions devraient avoir lieu.

Une pause pour les écoles

Le Centre de services scolaire des Haut-Cantons est partagé quant à l'application de cette mesure. D'une part, le directeur général Martial Gaudreau estime que l'alternance un jour sur deux pourrait permettre de diminuer les cas qui augmentent dans les établissements du Haut-Saint-François et de Coaticook.

Ça devrait diminuer le nombre de cas, c'est l'effet positif, il y aura un peu moins de pression sur nos écoles.

Une citation de :Martial Gaudreau, directeur général du Centre de services scolaire des Haut-Cantons

Martial Gaudreau fait valoir que la situation actuelle est difficile dans les établissements, alors que plusieurs enseignants doivent se mettre en isolement à la suite d'éclosions. Déjà qu'on est en pénurie de personnel, ça met de la pression sur les équipes pour s'assurer de devoir assurer de service, fait-il valoir.

Martial Gaudreau admet toutefois que l'école à distance n'est pas une solution parfaite, puisque les jeunes peuvent se réunir en dehors de l'école.

Quand les jeunes sont à l'école à leur bureau, c'est plus simple. Quand ils sont à la maison, ça arrive qu'ils se côtoient dans leur sous-sol, explique Martial Gaudreau.

Les centres de services scolaire des Haut-Cantons et de la Région-de-Sherbrooke affirment qu'ils s'adapteront à la décision finale que prendra la santé publique. Les établissements demeurent prêts à distribuer le matériel informatique pour permettre aux premiers élèves de suivre les cours à la maison dès mercredi.

Des élèves inquiets

Les élèves du deuxième cycle du secondaire, quant à eux, sont formels. Ils souhaitent continuer à suivre leurs cours en classe.

On trouve ça plate, on s'était habitués à revenir à temps plein, à recommencer les sports et à reprendre la vie normale, admet Anh Sou, une élève de secondaire 3.

Selon les élèves, l'alternance entre le virtuel et le présentiel nuit à leur réussite scolaire, en plus d'avoir des effets sur leur motivation.

Rester à l'école, ça me donnait vraiment de la motivation pour faire mes travaux.

Une citation de :Marie-Jeanne, 15 ans

Le lien avec les enseignants et avec les autres élèves permettrait de rattraper plus rapidement le retard que certains ont accumulé au fil des semaines à la maison.

Quand on est à l'école, les profs font des dessins au tableau et quand on est chez nous, ils ne peuvent pas vraiment faire ça, illustre Marie-Léa, 14 ans.

Avec l'approche des examens finaux, les élèves espèrent conserver le privilège d'être en classe afin de finir l'année scolaire sur une note positive.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !