•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rassemblement à Saguenay pour davantage de places en garderie

Une femme pose avec une affiche,

Marilyn Tremblay a dû prendre un congé sans solde pour s'occuper de ses deux enfants.

Photo : Radio-Canada / Roby St-Gelais

Radio-Canada

Des familles de Saguenay se sont réunies à la Place du citoyen, dimanche, afin de dénoncer le manque de places en garderie. Une dizaine de rassemblements se sont tenus simultanément au Québec.

C'est un service qui est à la base de tout, ce sont les fondations. Les parents, les mères,. C'est la fête des Mères, on veut que nos mamans puissent aller travailler, qu'elles puissent s'actualiser dans la vie. En ce moment, on ne peut pas leur offrir ce service-là parce qu'on manque de places, indique la coorganisatrice de l’événement à Saguenay, Alexandra Simard.

Un femme parle avec un jeune.

La coorganisatrice du rassemblement de Saguenay, Alexandra Simard, parle à un bébé.

Photo : Radio-Canada / Roby St-Gelais

Mère de deux enfants, Marilyn Tremblay ne travaille plus depuis trois semaines. Non par choix, mais bien parce qu'elle peine à trouver des places en garderie pour ces enfants.

Je n'ai pas le choix d'être sans solde parce que je n'ai pas de place pour mon garçon de neuf mois. Puis j'ai un temps partiel pour ma fille. Même si j'ai un temps partiel pour ma fille, je n'ai rien pour mon fils. Je suis obligée de rester à la maison, explique-t-elle.

Son congé forcé a débuté il y a quelques semaines. La femme de Saguenay ignore le moment où elle trouvera une place pour ses enfants ni quand elle retrouvera ses collègues.

Mon conjoint est à l'extérieur pour le travail. C'est lui qui subvient littéralement à nos besoins de la famille. On peut subvenir à nos besoins encore quelques mois, mais c'est sûr que dans trois ou quatre mois, ça va peut-être être plus problématique, témoigne-t-elle.

Le député Sylvain Gaudreault tenait à participer à l’événement. Ça va contribuer à réduire le taux de natalité. Il y a des parents qui vont dire: je ne penserais pas avoir un deuxième ou troisième enfant. Ensuite, problèmes financiers, problèmes à l'emploi et au travail. Effectivement c'est important de donner un support, souligne-t-il.

D’après les informations de Roby St-Gelais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !