•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un député conservateur uni veut plus de preuves pour soutenir les restrictions

Un homme portant des lunettes à l'extérieur.

En avril, Drew Barnes, le député de Cypress-Medicine Hat, a signé une lettre ouverte dénonçant les mesures de restrictions liées à la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Helen Pike / CBC

Radio-Canada

Le député provincial Drew Barnes, du Parti conservateur uni, s’en prend une fois de plus aux restrictions sanitaires imposées pour tenter de contenir la vague de COVID-19 qui secoue l’Alberta.

L’Alberta traverse une crise de santé mentale, de santé physique et de santé spirituelle, affirme-t-il. Il ne faut pas oublier que la COVID n’est pas notre seul défi à relever.

M. Barnes est également l’un des 17 députés signataires d’une lettre ouverte d’opposition aux restrictions sanitaires publiée au début du mois d’avril.

Même s’il dit se réjouir de l’approche plus régionale du gouvernement, le député de Cypress-Medicine Hat croit qu’il n’y a pas suffisamment de preuves de la pertinence d’adopter de nouvelles restrictions sanitaires pour encourager la population à les appliquer.

La mise en application et les résultats seront meilleurs si on donne plus de preuves, martèle-t-il.

Lorsque Rosemary Barton, de CBC, lui demande de quelles preuves il a besoin en plus du taux de contamination et du nombre de morts de la province, Drew Barnes cite les préoccupations économiques et psychologiques de ses électeurs.

Les gyms sont fermés. C’est triste de voir combien d’entre eux ont fait faillite alors qu’on sait qu’une bonne santé physique est l’un des meilleurs moyens de combattre la COVID-19, soutient-il.

Même s’ils reconnaissent l’importance de l’activité physique pour garder la forme, de nombreux experts déconseillent l’entraînement en salle pour l’instant pour éviter la transmission de la maladie.

Des mesures essentielles, disent Kenney et des médecins

Lorsqu’il a présenté les nouvelles restrictions, le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, disait vouloir prévenir un désastre dans [les] hôpitaux.

Nous ne permettrons pas à notre système de santé d’être débordé. Nous ne devons pas forcer nos médecins et infirmières à décider à qui des soins sont accordés ou non.

Selon l’urgentologue calgarien Joe Vipond, les nouvelles restrictions sont essentielles et seront efficaces si les Albertains les appliquent.

Le plus important, c’est leur respect, soutient-il. Nous sommes au coeur d’un problème collectif et c’est impensable qu’on puisse s’en remettre seulement à la responsabilité personnelle quand le soutien communautaire fait partie de l’essence même de la société.

Avec les informations de Joel Dryden et Rosemary Barton

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !