•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Y aura-t-il des camps d'été en Ontario cette année? La question reste en suspens

Des enfants marchent dans un parc avec leurs sacs à dos.

Les propriétaires de camps d'été attendent des nouvelles du gouvernement ontarien pour savoir s'il y aura une saison 2021.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les enfants ontariens pourront-ils aller s'amuser dans les camps de vacances cet été?

Le groupe de travail sur la COVID-19 de l'Association des camps de l'Ontario prépare en ce moment, avec les autorités de santé, un guide de mesures à suivre. Mais le gouvernement ontarien doit encore donner son aval à la saison des camps d'été.

Nous collaborons avec les autorités sanitaires et, selon notre compréhension, nous allons très prochainement recevoir un guide officiel de mesures. Nous travaillons très fort pour mettre en place un programme de dépistage pour tester les enfants avant qu'ils ne se rendent au camp, explique Jack Goodman, président du groupe de travail sur la COVID-19 de l'Association des camps de l'Ontario et propriétaire du Camp New Moon.

L’objectif serait de pouvoir ouvrir les camps au mois de juin avec comme principale condition, la sécurité des enfants.

Des mesures similaires à celles mises en place dans les écoles sont envisagées, comme la formation de cohortes.

Les camps devront aussi trouver le moyen de s’adapter en fonction de leurs spécificités – qu’il s’agisse de camps sportifs, artistiques, camps de jour en milieu urbain, ou encore des camps dans les bois où les enfants demeurent pendant plusieurs jours.

Un des problèmes pour nous est que nous louons toutes nos locations. Ce sont des églises, des écoles, et les écoles en ce moment n'offrent aucun permis aux organismes externes, et plusieurs églises sont très appréhensives, confie Martine Brouillet, présidente et propriétaire du Camp Tournesol, dans le Grand Toronto.

Sur les 15 campus habituels du Camp Tournesol, seulement 8 pourraient ouvrir leurs portes cet été, note-t-elle.

Elle s’attend aussi à devoir adapter la formation de ses animateurs, qui n'ont d'ailleurs pour l'instant que des contrats conditionnels.

Normalement, on regroupe nos 100 jeunes qui travaillent dans les quinze campus et c'est vraiment une fin de semaine superbe. Mais cette année, ça va être différent, il va falloir former les jeunes par campus, parce qu'on ne veut pas les mélanger.

Un autre problème qui inquiète l'Association des Camps de l'Ontario est d'assurer un accès équitable à tous. L’organisme indique que 50 % des campeurs proviennent de milieux défavorisés et que 80 % d'entre eux viennent d'une famille qui reçoit une forme d'aide sociale.

Nous voulons que tous les enfants, tous les animateurs et tous les types de camps aient accès au même niveau de sécurité, assure Jack Goodman.

D’après un reportage d’Ezra Belotte-Cousineau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !