•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Se préparer pour la réouverture, sans date précise en vue

Un employé municipal installe des barrières sur la chaussée.

Des employés de la Ville de Toronto préparaient samedi l'installation des terrasses, même si les restaurants ne peuvent toujours pas accueillir de clients.

Photo : CBC/Robert Krbavac

Radio-Canada

Des PME ontariennes vont recevoir gratuitement des tests de dépistage rapide de la COVID-19, par l’intermédiaire de leurs chambres de commerce locales. L’objectif est de détecter, sur les lieux de travail, les personnes atteintes qui sont asymptomatiques.

La mesure annoncée vendredi semble indiquer que le gouvernement Ford commence à se préparer à la relance, même si la santé publique provinciale et de nombreux experts mettent en garde contre une réouverture trop rapide qui pourrait provoquer une quatrième vague.

L’Ontario n’a distribué que 12 % des tests rapides qu’il a reçus.

Certains n’ont pas attendu que la province se décide à envoyer les 760 000 trousses aux 28 chambres de commerce participantes.

Le propriétaire du Spa Ste. Anne, à Grafton, a peine à se réjouir. C’est discutable, puisque j’avais déjà acheté 3000 trousses, affirme Jim Corcoran.

Selon Roselle Martino, du Toronto Region Board of Trade, les tests rapides sont un des outils que les PME vont utiliser pour se préparer à rouvrir.

Le regroupement travaille depuis des mois avec des experts en santé publique pour élaborer des directives qui permettront aux quartiers d’affaires d’être prêts pour la relance.

Dans certains restaurants, les employés subiront des tests de dépistage deux fois par semaine. Nous espérons que cela va démontrer que les restaurants peuvent être des endroits sécuritaires, a déclaré James Rilett, de l’association Restaurants Canada.

À Toronto, les employés municipaux ont aménagé samedi des voies sur la chaussée et sur les trottoirs dans le cadre du programme CaféTO.

Celui-ci permet aux restaurants et cafés d’aménager des terrasses sur le trottoir, dans la rue ou dans des espaces publics.

Le programme a connu un grand succès l’été dernier, mais la date à laquelle les restaurants pourront accueillir à nouveau les clients est encore inconnue.

Meg Marshall, de la chambre de commerce de l’avenue Ossington, raconte que les entreprises essaient de tenir le coup, mais que les temps sont durs.

Nous espérons que CaféTO amènera une bouffée d’énergie et d’optimisme dans le secteur; un espoir que tout cela va se terminer bientôt, dit-elle.

Il faudra évidemment attendre le feu vert de la province, mais au moins, quand cela surviendra les cafés et restaurants seront prêts.

Avec les informations de Camille Feireisen et de CBC

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !