•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réouverture des camps de vacances : entre soulagement et frustration

Mélane, 11 ans, et Zakaël, 7 ans, pêchent sur le bord d'un lac

Le reportage de Kassandra Nadeau-Lamarche.

Photo : Christine Foy

La levée du décret interdisant la tenue des camps de vacances a fait pousser des soupirs de soulagement à plusieurs parents et enfants, mais d'autres sont frustrés de voir leurs camps ne pas rouvrir en raison des difficultés d'organiser des activités attrayantes.

Le camp Kéno, qui accueille environ 1200 campeurs par année, a pris la décision de ne pas ouvrir cet été, malgré l'autorisation de la santé publique.

Une grande déception pour la famille Foy-Têtu, dont les enfants se rendent chaque été au camp Kéno, à Portneuf. Ça fait partie de tous mes étés de jeunesse, puis quand les enfants ont été assez grands, ça n'a pas été difficile de décider qu'ils commençaient le camp, explique Christine Foy, mère de Méliane, 11 ans et Zakaël, 7 ans.

La direction du camp Kéno a pris cette décision parce que les délais étaient trop courts et qu'il demeurait une incertitude quant à l'application des mesures sanitaires pour l'été.

La maman dit comprendre la position du camp. De ne pas les envoyer au camp, je pense que c'est moins difficile que de les envoyer deux jours et de se faire appeler après pour se faire dire qu'un enfant a des symptômes de COVID, dit-elle.

Zakaël, Christine et Méliane prennent la pose

Zakaël, Christine et Méliane

Photo : Radio-Canada

Réflexion et fermeture

La direction du camp Kéno n'est pas la seule à avoir pris cette décision. Le camp Le Saisonnier de Lac-Beauport a lui aussi annulé ses séjours en camp de vacances.

D'autres, comme la ferme Marichel, sont toujours en réflexion. On a besoin d'avoir des réponses à certaines questions, estime Alexandra Gendreau-Martineau, coordonnatrice à la ferme.

Il y a un protocole sanitaire qui devrait être validé bientôt avec la santé publique. Il y a des demandes d'aide financière pour soutenir les camps en opération, mais aussi les camps qui décideraient peut-être de ne pas ouvrir, parce que leur réalité fait en sorte que ce n’est pas possible, précise-t-elle.

Les nouvelles concernant le protocole sanitaire final et l'aide financière pour les camps de vacances qui sera octroyée par le gouvernement seront connues la semaine prochaine.

L'Association des camps du Québec réitère la nécessité que Québec fournisse une aide de 10 millions de dollars.

Avec les informations de Kassandra Nadeau-Lamarche

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !