•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : l’été pourrait être difficile au Manitoba selon des experts en santé

Des gens sur une terrasse.

Les nouvelles mesures ne seraient pas suffisantes pour espérer retrouver un semblant de normalité cet été, selon des experts.

Photo : Radio-Canada

Alexia Bille

Alors que les nouvelles restrictions sanitaires annoncées vendredi s'apprêtent à entrer en vigueur au Manitoba, des experts en santé font le point sur une « situation alarmante » et anticipent un été difficile.

On aurait dû entrer dans un confinement beaucoup plus complet il y a trois semaines environ, quand on a commencé à voir une hausse significative du nombre de cas, déclare le microbiologiste médical à l'Hôpital Saint-Boniface de Winnipeg, Philippe Lagacé-Wiens.

Philippe Lagacé-Wiens fixe la caméra.

Philippe Lagacé-Wiens assure qu'un semblant de normalité arrive, mais que cela pourrait prendre encore un peu plus de temps.

Photo : Gracieuseté Philippe Lagacé-Wiens

Selon M. Lagacé-Wiens, la fermeture des restaurants, des bars, des salons de coiffure, des services d'esthétique, des centres récréatifs intérieurs et des écoles de danse et de théâtre arrive plutôt tard dans la lutte contre cette troisième vague de COVID-19 dans la province.

Cela pourrait avoir des conséquences sur l’été qui approche, selon le microbiologiste. Je crains qu’on ait perdu la chance qu’on avait d’avoir un été normal. Si on avait agi un peu plus tôt, on aurait peut-être eu cette chance.

Le clinicien chercheur et virologue à l’Université d’Ottawa, Hugues Loemba, estime également que de nouvelles mesures seront probablement nécessaires pour faire baisser le nombre de cas dans la province.

Si le nombre de cas ne cesse d’augmenter dans les deux semaines qui viennent, il va falloir ajouter de nouvelles restrictions, estime M. Loemba. [...] Pour qu’on ait un été normal il faudrait plus de mesures et, dans le même temps, accélérer la vaccination.

Le Dr Hugues Loemba dans son bureau.

Hugues Loemba rappelle que des allègements trop rapides causent une augmentation du nombre de cas et, par conséquent, le retour de certaines mesures.

Photo : Photo fournie par le Dr Hugues Loemba

Selon le virologue, le Manitoba répète les erreurs de plusieurs autres provinces, dont l’Ontario. Je dirais qu’on a un décalage d’un mois et demi avec ce qui se passe en Ontario depuis la fin du mois de mars.

Le Dr Loemba estime donc que le Manitoba verra très prochainement des conséquences importantes de la flambée du nombre de cas. Il faut s’attendre à une augmentation des hospitalisations, des admissions aux soins intensifs, y compris chez les plus jeunes en raison des variants, et on peut craindre un plus grand nombre de vies perdues.

La situation dans les hôpitaux préoccupe également Philippe Lagacé-Wiens. Je suis très inquiet. J’envisage une réduction des chirurgies moins critiques, un personnel de santé épuisé, des soins individuels moins efficaces parce que le personnel va être à bout. Il va devoir soigner 2 à 3 fois plus de patients qu’il est capable de faire.

Au gouvernement, j’aimerais dire qu’il n’est jamais trop tard pour faire la bonne chose, ajoute M. Lagacé-Wiens. Il estime qu'un confinement plus important devrait être mis en place rapidement avec des mesures comme l’enseignement à distance à partir de la septième année et la fermeture des commerces non essentiels.

Le Dr Loemba partage son incompréhension sur les manquements dans ces nouvelles restrictions. Si ces commerces sont non essentiels, pourquoi sont-ils ouverts? Avec une telle augmentation de cas, pourquoi ne peut-on pas repasser aux commandes en ligne uniquement?

Les deux experts soulignent que l'immunisation est la meilleure chance d’un retour à la normale. C’est notre seule chance d’avoir une fin d’été à peu près normale, pour le mois d’août peut-être, explique Philippe Lagacé-Wiens.

La situation va s’améliorer lorsque les restrictions seront suffisantes, que les gens adhéreront à ces mesures, et qu’on aura pu augmenter la cadence de la vaccination. Un été presque normal ne pourra avoir lieu que si ces éléments sont en place rapidement, affirme le Dr Loemba.

Avec les informations de Chloé Dioré de Périgny

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !